Cet article date de plus de neuf ans.

Retraite à 60 ans : ils espèrent tous en bénéficier...

écouter
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault reçoit les partenaires sociaux aujourd'hui. Parmi les dossiers prioritaires, les retraites. Elles doivent faire l'objet d'un décret dans moins d'un mois. Grâce à lui, ceux qui ont commencé à travailler vont pouvoir partir à la retraite à 60 ans au lieu de 62. Sauf que les contours du décret ne sont pas encore arrêtés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Sur le papier, pourront partir à la retraite dès 60 ans à taux plein tous
ceux qui ont commencé à travailler tôt et qui ont cotisé 41 ans et demi. Aujourd'hui, beaucoup de salariés font leur calcul en espérant entrer dans le
dispositif. C'est le cas de Bernard, qui fêtera ses 60 ans dans trois mois. Ce
serrurier, employé dans une entreprise de BTP, travaille depuis l'âge de 18 ans.
Il attend la publication du décret pour faire valoir ses droits à la retraite :
"Avec le décret, j'espère pouvoir gagner 2-3 mois. Ca fait 42 ans que je
travaille dans le bâtiment. Autant partir maintenant à la retraite, tant que je
suis à peu près valide, histoire d'en profiter un peu."
 

"Je croise les
doigts, j'irai mettre une bougie à l'église s'il le faut"

Martine, 57 ans et demi, a embauché à l'âge de 16 ans comme ouvrière dans une
usine de textile du Pas de Calais. Puis direction Montreuil près de Paris, où
elle est assistante maternelle depuis 30 ans maintenant. "Je ne pourrai pas
attendre 62 ans. On a tout de même des problèmes de santé quand on est
assistante maternelle. Je fais des tendinites à répétition, j'ai des vertèblres
déplacées. Faut toujours être à la hauteur des enfants. J'espère, je croise les
doigts, j'irai mettre une bougie à l'église s'il le faut."


Combien de personnes concernées par le décret ?

Pendant la compagne électorale, l'équipe de François Hollande parlait de 150
000 bénéficiaires potentiels par an. Un chiffre ramené la semaine dernière à 100
000 par le 1e ministre Jean-Marc Ayrault mais invérifiable puisque la caisse
nationale d'assurance vieillesse refuse de chiffrer la mesure pour l'instant.
Surtout qu'il reste de nombreuses zones d'ombre.

Du coup, beaucoup de gens ne savent pas s'ils vont pouvoir partir plus tôt en
retraite ou non.

Brigitte (58 ans) et Michel (59 ans) sont cadres dans une entreprise de
travaux publics. Ils aimeraient bien bénéficier du décret pour profiter de leur
maison et de leur petite-fille. Tous les deux gardent espoir mais sans excès
d'optimisme. Michel a commencé à 20 ans. Il devrait lui manquer un trimestre
"C'est un peu rageant !" Quant à Brigitte, elle a été 18 mois au chômage.
Or le gouvernement n'a toujours pas tranché concernant les périodes de chômage. Seront-elles comptabilisées ou non ? Brigitte espère que oui. Car dit-elle :
"Le chômage, on n'en est pas responsable. Quand on s'y trouve, c'est une
catastrophe. Et je trouve ça un peu dur d'être puni deux fois. C'est dur à
avaler."

Certains syndicats, à commencer par Force ouvrière et la CGT poussent
justement pour que le gouvernement retienne les périodes de chomage. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui reçoit les partenaires sociaux toute la journée,
devrait annoncer très vite les contours exacts de la réforme, puisqu'il souhaite
que le décret soit publié dans moins de trois semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.