Cet article date de plus de neuf ans.

Nouvel avis de tempête au Mont Saint-Michel

écouter
Il y a un an, en avril 2012, les nouveaux moyens d'accès au Mont Saint Michel entraient en service. Le mot d'ordre : finies les voitures au pied du rocher. Mais le démarrage du nouveau dispositif a été chaotique et les choix faits pour l'acheminement des touristes ont été très contestés. Un an après, on est encore loin de l'apaisement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Samedi soir, oubliant
leurs querelles d'hier qui les ont parfois menées jusqu'en justice, les acteurs
locaux, commerçants, salariés, associations et élus de la commune, réunis
depuis peu dans un collectif, vont mener une opération 'parking gratuit', trois
semaines après une première manifestation. Ils protestent contre la hausse des tarifs
des parkings prévue à partir du 3 juin.

A compter de cette date,
les navettes qui acheminent les visiteurs sur le Mont partiront des parkings où
ils laissent leurs voitures
. C'est une bonne nouvelle car pour l'instant il
faut parcourir 900 m à pied dans une zone commerciale avant de pouvoir monter à
bord. Aller-retour, cela fait tout de même 1,8km - sans compter la visite du
Mont.

Baisse de
fréquentation, augmentation des tarifs

Problème : toute la grille
tarifaire a été revue. En journée, le parking va ainsi passer de 8,50 euros à
12 euros...Une augmentation de 40%. Beaucoup trop selon les acteurs locaux qui
redoutent l'impact de cette hausse sur la fréquentation touristique. Il est
vrai que la saison 2012 n'a pas été bonne avec environ 15 % de visiteurs en
moins. Le soir notamment, la clientèle de proximité a fait défaut.

La crise et le mauvais
temps ont joué un rôle dans cette baisse de fréquentation mais les conditions
d'accès ont clairement découragé certains touristes. A l'abbaye située en haut du
Mont Saint Michel, le nombre de visiteurs a chuté.

Les débats loin de
s'arrêter

Oui, la nouvelle grille
tarifaire a mis le feu aux poudres car certaines dispositions concernent les
salariés du Mont Saint Michel. A partir du 3 juin, les minibus, qui les
transportaient du parking au pied du rocher seront supprimés. Ceux qui
travaillent au Mont devront donc prendre les mêmes navettes que les touristes. Ils
redoutent du coup un allongement de leur temps de trajet surtout en haute saison.
Laurent Beauvais, président du syndicat mixte de la baie du Mont Saint Michel,
a renégocié le contrat avec Transdev qui gère parking et navettes. Il estime
que les salariés n'ont pas d'inquiétude à avoir.

L'incompréhension n'a sans
doute jamais été aussi grande entre ceux qui vivent ou travaillent sur le
rocher et ceux qui pilotent l'opération de rétablissement du caractère maritime
du Mont Saint Michel : un beau projet ambitieux malheureusement entaché par des
ratés, avec quelques zones d'ombres ainsi qu'une accumulation de maladresses et
de malentendus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.