Le pitch start-up, France info

Le pitch start-up. Netino : "Nous sommes à l’adolescence des réseaux sociaux"

Insultes, diffamation, harcèlement : la start-up Netino assure la modération des espaces de dialogue sur Internet. Un marché en plein essor.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Différents réseaux sociaux affichés sur un écran de smartphone.
Différents réseaux sociaux affichés sur un écran de smartphone. (AYTAC UNAL / ANADOLU AGENCY)

Netino assure la modération des espaces de dialogue sur Internet pour éviter les commentaires insultants, diffamatoires ou le harcèlement en ligne. Jérémie Mani, président de la société, est l’invité du Pitch Start-up  

Franceinfo : Quelle est l’activité de Netino ?

Jérémie Mani : Le travail de Netino consiste à relire et modérer les commentaires qui figurent sur les sites web ou les pages Facebook. Nous gérons les espaces de dialogue de 95% des grands médias français. Nous retirons les propos considérés comme "hors charte", c'est-à-dire racistes, homophobes, diffamatoires, etc.

Comment fonctionne exactement la modération ?

Un premier tri automatique est effectué à l’aide d’un logiciel spécialisé, sur la base de mots-clés  "à risque". Ensuite, la modération est effectuée en grande partie manuellement par des opérateurs qui passent leurs temps à analyser les contenus par rapport au contexte. Nous établissons également des profils afin de repérer plus rapidement les personnes "à risque", c'est-à-dire celles qui ont l’habitude de tenir des propos inappropriés sur Internet.

La modération pourrait-elle être entièrement automatique ?

Nous ne croyons pas que l’intelligence artificielle soit capable d’automatiser 100% de notre travail. Pour l’instant, les techniques automatisées sont encore beaucoup trop imparfaites. Néanmoins, ces robots sont très utiles, notamment, pour établir des priorités de traitement.

Comment expliquez-vous la "dérive" actuelle d’Internet ?

Je pense que nous sommes encore dans la crise d’adolescence des réseaux sociaux. Les gens n’ont pas appris à s’exprimer dans un espace public en ligne. Ils parlent comme s’ils étaient dans une réunion privée ou au café du commerce. Nous sommes étonnés du nombre de personnes qui écrivent des choses condamnables puis qui regrettent leurs propos après-coup.

Différents réseaux sociaux affichés sur un écran de smartphone.
Différents réseaux sociaux affichés sur un écran de smartphone. (AYTAC UNAL / ANADOLU AGENCY)