Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Comment est calculé le pouvoir d’achat ?

Le pouvoir d'achat est au centre des revendications des gilets jaunes qui manifestent à nouveau ce samedi 1er décembre. Pourtant, d'après les chiffres de l’Insee, ce pouvoir d'achat augmente.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un rayon de fruits et légumes dans un supermarché à Douai-Flers (Nord). 
Un rayon de fruits et légumes dans un supermarché à Douai-Flers (Nord).  (MAXPPP)

Les gilets jaunes manifestent à nouveau ce samedi 1er décembre. Au centre de leurs revendications, le pouvoir d'achat qui baisse pour les ménages. Pourtant, d'après les chiffres de l’Insee, ce pouvoir d'achat augmente.

Comment l'Insee mesure-t-il le pouvoir
d'achat ? 

Pour essayer d'expliquer ce décalage entre la statistique et la perception, il faut revenir sur la façon dont est mesuré ce pouvoir d’achat par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques).

Pour calculer le pouvoir d'achat, l’Insee prend en compte les revenus des ménages : c'est-à-dire, les salaires, les revenus financiers et les prestations sociales (allocations chômage, retraites, allocations familiales…). De ce total, on retranche ensuite les prélèvements obligatoires (impôts, taxes et cotisations sociales).  

Le résultat de cette opération permet d'obtenir le revenu disponible, celui que les ménages peuvent consommer ou épargner. Quand ce revenu augmente plus vite que les prix, le pouvoir d'achat des ménages augmente. C'était le cas en 2016, plus 1,8%, plus 1,3 % en 2017, et autant prévu pour cette année.  

Statistique et réalité individuelle

Le pouvoir d’achat est une statistique globale. Elle ne rend évidemment pas compte des réalités individuelles. Ensuite, il y a aussi la question des prix qui joue sur notre perception du pouvoir d’achat.   

On est tous beaucoup plus sensibles à l’évolution des prix des produits du quotidien, surtout les prix alimentaires, qui augmentent plus vite que d'autres, et notamment, plus vite que les prix des biens d'équipements (ordinateurs, électroménager...). Ils sont plus coûteux, mais on en achète moins souvent, or sur ce type de biens, les prix baissent.       

Hausse des dépenses contraintes  

Le sentiment d’une baisse du pouvoir d’achat n’est pourtant pas qu’un pur ressenti. Car ce qui a beaucoup évolué, ce sont les dépenses pré-engagées : logement, assurances, abonnement internet, téléphone mobile, l'électricité, la cantine des enfants. Ces dépenses contraintes, sur lesquelles les ménages n'ont quasiment aucune marge de manœuvre ont doublé en 50 ans.  

Et ce mouvement s'accélère : entre 2012 et aujourd’hui, le niveau de ces dépenses contraintes est passé de 59 à 61% du revenu des ménages. D'où ce qui n’est pas du tout un sentiment, mais bien une réalité de fins de mois difficiles.  

D'autant que ces dépenses pré-engagées pèsent proportionnellement plus sur les ménages les plus modestes, en deçà de 1 300 euros par mois, 70% des revenus des ménages passent dans des charges fixes.  

Un rayon de fruits et légumes dans un supermarché à Douai-Flers (Nord). 
Un rayon de fruits et légumes dans un supermarché à Douai-Flers (Nord).  (MAXPPP)