Cet article date de plus d'un an.

Emploi des seniors : la France à la traîne

La concertation sur les retraites commence lundi 10 octobre avec des réunions prévues au ministère du Travail avec les organisations syndicales sur ce thème précis de l'emploi des seniors. 

Article rédigé par Isabelle Raymond
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Paris, le 6 octobre 2021. Le salon des seniors. L'emploi des seniors en France est bien en dessous de certains pays comme la Suède ou l'Allemagne. (Illustration) (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Début des concertations sur la retraite lundi 10 octobre donc, et si le gouvernement repousse, comme il le souhaite, l'âge légal de départ à la retraite, pour le faire passer de 62 à 65 ans, il ne peut faire l'économie d'une discussion sur le sujet et de mesures concrètes pour améliorer le taux d'emploi des seniors.

Côté verre à moitié plein, la situation s'est nettement améliorée en 20 ans. Le taux d'emploi des 55-64 a gagné quasiment 20 points en 20 ans, pour atteindre aujourd'hui 56,1%. Mais ca devient problématique quand on regarde les 60-64 ans, là, le taux d'emploi chute à moins de 34%, selon une étude de la Dares. La situation est différente chez nos voisins européens. Même si les comparatifs européens datent un peu, de 2019, avant le Covid. En Suède, le taux d'emploi était de 70% en 2019 chez les 60-64 ans, quasiment 62% en Allemagne.

Un tiers des seniors de 61 ans sans emploi, ni retraite

Pour en revenir à la France, selon le conseil d'orientation des retraites (COR), quasiment un tiers des hommes et des femmes de 61 ans ne sont ni en emploi, ni en retraite. Ces seniors, trop jeunes pour liquider leurs droits et toucher leur pension, ne sont déjà plus en emploi. Ils sont soit au chômage, soit en invalidité, soit allocataire d'un minimum social.

Pour améliorer la situation actuelle, il faut que chacun prenne sa part. Les entreprises doivent conserver leurs salariés en emploi dans de bonnes conditions, ne pas les pousser vers la sortie. Ne pas refuser de les embaucher car ils coûtent plus cher, concevoir un parcours professionnel adapté, sortir en somme de cette schizophrénie qui d'un coté, demande à chacun de travailler plus longtemps sans en créer les conditions.

Il y a quelques années avait été lancée l'idée d'une sorte d'index sur l'emploi des seniors comme il en existe un sur l'égalité hommes-femmes, pour obliger les entreprises à donner une place à leurs salariés les plus âgés. Mais cette initiative avait reçu un accueil glacial. Dommage qu'une fois encore, cet enjeu de l'emploi des seniors fasse l'objet que d'une consultation rapide sans débats, ni transformations en profondeur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.