En Espagne, un village englouti par les eaux d'un barrage refait surface à cause de la sécheresse

écouter (93min)

Le village d'Aceredo était sous les eaux depuis trente ans. Faute d'eau en quantité suffisante, le barrage est à l'arrêt, et les maisons réapparaissent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Aceredo, village englouti en Espagne à cause de la création d'un barrage réapparaît suite à la sécheresse. (MIGUEL RIOPA / AFP)

Le village s'appelle Aceredo, en Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, tout près de la frontière portugaise. Le 8 janvier 1992, pour la mise en service du barrage d'Alto Lindoso, ses habitants sont expulsés et la commune est engloutie sous les eaux.

Sauf que depuis l'automne dernier, le niveau du réservoir ne cesse de baisser. Il est aujourd'hui en-dessous de 15% de sa capacité et les quelque 70 maisons d'Aceredo ont réapparu : des restes de charpente effondrées, mais aussi des murs de pierre encore debouts, quasiment intacts, et tout un bric-à-brac grisâtre et boueux où l'on distingue d'anciennes voitures et des objets à moitié rouillés, dont... une caisse de bouteilles de bière. Tout un monde figé ressurgi du passé.

Le réchauffement climatique en cause

Les eaux ont baissé en raison d'une sécheresse exceptionnelle qui fra. En Galice le mois de janvier 2022 est considéré comme le deuxième le plus sec et le plus chaud depuis l'an 2000. Selon les météorologues, il n'a plu que le quart de ce qu'il aurait dû pleuvoir à cette période. Un manque de précipitation qui s'est déjà fait sentir à l'automne.

La réapparition d'Aceredo d'ailleurs n'est pas une première. En 2017 déjà, lors d'un autre épisode de grande sécheresse, le même phénomène s'était produit. D'autres villages sont eux aussi concernés, en Espagne comme au Portugal.

Aceredo est donc devenu un symbole très concret du réchauffement climatique. D'ailleurs depuis la réapparition des ruines, il y a régulièrement des embouteillages sur la route du barrage : des centaines de visiteurs viennent observer le site avec un mélange de crainte et de fascination.

L'utilisation des barrages surveillée

En Espagne, les réservoirs d'eau sont désormais à 44% de leur capacité en moyenne. Au cours de la dernière décennie, c'était 61%. Le barrage d'Alto Lindoso est d'ailleurs en arrêt depuis le mardi 1er février, il n'y a plus assez d'eau.

La viabilité de ces barrages revient régulièrement dans le débat public espagnol. Et le sujet devient aussi politique. La maire de la ville voisine accuse la compagnie d'électricité portugaise qui gère le réservoir d'"exploitation agressive" des ressources. La ministre régionale de l'Environnement a d'abord tenté de minorer le problème avant de décréter une pré-alerte de sécheresse. Les associations écologistes se sont emparé du sujet, elles demandent une étude précise de l'utilisation des barrages. Aceredo ne sera pas sorti pour rien des eaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.