Angela Merkel est plus punk que vous ne l'imaginiez : elle fait jouer du Nina Hagen pour sa cérémonie d'adieu

écouter (3min)

Une cérémonie militaire se tiendra à Berlin  jeudi 2 décembre pour les adieux d'Angela Merkel à l'Allemagne. Et l'on découvre que la chancelière est bien plus punk qu'on ne l'imagine.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La chancelière Angela Merkel reçoit un bouquet de fleurs à la chancellerie à Berlin (Allemagne), le 24 septembre 2021. (AFP)

La cérémonie d'adieu d'Angela Merkel se tiendra en musique dans la cour d’honneur de la chancellerie, devant 200 invités triés sur le volet. Et comme le veut la tradition, Angela Merkel a elle-même choisi les trois morceaux qui seront joués à cette occasion par la fanfare de la Bundeswehr.

Une sélection 100% allemande : Mutti n'oublie pas qu'elle est d'abord fille de pasteur, elle veut entendre un cantique oecuménique du XVIIIe siècle ; elle a aussi proposé une chanson d'Hildegard Knef, actrice et chanteuse célèbre de l'après-guerre. Et puis Du Hast der Farbfilm vergessen, traduction : Tu as oublié la pellicule couleur, de Nina Hagen.

Nina Hagen avant sa période punk

Un tube sorti en 1974 qui sera donc joué à la trompette par les militaires. C'était avant la période punk de la chanteuse, avant son maquillage et ses coiffures improbables, avant qu'elle ne devienne une chanteuse exubérante et théâtrale, star des années 80.

La chanson, comme son interprète, ne collent pas vraiment avec l'image sérieuse de la chancelière. Mais ce choix est un clin d'oeil appuyé de Mutti à ses origines est-allemandes. Car ce titre est né en RDA quand la chancelière avait 20 ans. Donc forcément, comme tous les Allemands de l'époque, elle l'a chanté à tue-tête avec ses copines. Même si elle ne s'est jamais étendue sur son passé dans l'Allemagne communiste, ce qu'on lui a souvent reproché. Ce choix est aussi une façon de rendre hommage à la culture est-allemande, qui s'est quelque peu effacée à la faveur de la réunification.

Enfin, Angela se lâche !

D’autres éditorialistes de la presse allemande voient dans ce choix une critique féministe : tout au long de la chanson Nina Hagen reproche à son amant d'avoir oublié le film couleur pour les photos de vacances. Ils font le parallèle avec Angela, qui pendant toute sa carrière a été entourée des mâles politiques dominateurs.

En tout cas les critiques se rejoignent sur un point : enfin, Angela se lâche ! Le Tagesspiegel écrit : "En choisissant une chanson que beaucoup beuglent à la table de la cuisine lors des anniversaires de l’oncle de la famille, la chancelière témoigne une fois de plus de la finesse de son humour".

Les deux femmes par ailleurs se connaissent : elles se sont rencontrées en 1992  lors d'une émission télévisée sur les drogues et les thérapies médicamenteuses.

Merkel était alors ministre des Femmes et de la Jeunesse. Il y avait plusieurs interlocuteurs sur le plateau, que Nina Hagen quitte en hurlant : "C'est juste une merde avec un tas de merde ici ! Je m'en vais pour que vous puissiez continuer à dire de la merde !"

Le 6 décembre, Angela passe la main

Angela Merkel visiblement ne lui en a pas tenu rigueur et dépoussière le genre. Ses prédécesseurs étaient bien plus classiques : en 2005, le social-démocrate Gerhard Schröder avait opté pour My Way, de Frank Sinatra et avant lui Helmut Kohl, en 1998, avait choisi  l'Ode à la joie de Ludwig van Beethoven dans le décor de la vieille cathédrale impériale de Spire. Très européen. 

Après cette cérémonie militaire c'est la semaine du 6 décembre qu'Angela Merkel passera définitivement la main à son successeur, Olaf Scholz.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.