Le monde de Marie, France info

Le monde de Marie. Au Sri Lanka, les femmes peuvent désormais acheter de l'alcool

Le président du Sri Lanka, Maithipala Sirisena, dit qu’il faut faire un geste pour l’égalité des sexes et autorise les femmes sri-lankaises à consommer de l'alcool... avant de faire volte-face. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bazar ou l\'on vend du vin à Haputale (Sri Lanka).
Bazar ou l'on vend du vin à Haputale (Sri Lanka). (GEOGRAPHY PHOTOS / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL / GETTYIMAGES)

Le président du Sri Lanka, Maithipala Sirisena, est revenu lundi 16 janvier sur une mesure prise la semaine dernière, autorisant les femmes à consommer et à acheter de l'alcool. 

Depuis près de 40 ans, les femmes sri-lankaises n’ont pas le droit d’acheter de l’alcool. Depuis 1979, précisément. Depuis que les moines bouddhistes, en majorité dans ce pays, avaient décrété qu‘il était dangereux pour les femmes de boire, car elles pouvaient devenir alcooliques et ainsi briser la paix des ménages. L'interdiction porte donc sur le fait de boire, mais aussi d’acheter de l’alcool et de travailler dans un bar.

Un geste pour l'égalité des sexes

Mais la semaine dernière, le président du Sri Lanka, Maithipala Sirisena, se dit qu’il faut faire un geste pour l’égalité des sexes et convoque son ministre des Finances pour mettre en place la levée de cette interdiction. Un geste qui mine de rien fait aussi beaucoup de bien aux finances publiques, car la prohibition engendre le marché noir et un gros manque à gagner en taxes pour le Trésor public du Sri Lanka. On imagine, non sans une certaine émotion, les "teufs" qui ont dû suivre. Ou pas. C’était le moment ou jamais en tout cas pour les Sri-lankaises de dérouler leur repértoire de chansons à boire, si jamais il existait une version sri-lankaise de : C’est à boire qu’il nous faut !

Le gouvernement fait volte-face

Sous la pression d’une minorité de moines boudhistes remontés à la clé de 12, un peu à l’image des boudhistes birmans, et sous la pression aussi de l’opinion publique qui accusait le ministre des Finances d’encourager les femmes à boire, le président du Sri Lanka a fait volte face. Depuis lundi, retour à la loi de 1979. Avec quelques minuscules aménagements, telle que la levée de l’interdiction faite aux femmes de travailler dans les bars. Mais rien ne dit aujourd’hui que cette mesurette sera conservée. Car il est question maintenant d’aller même au delà de 1979 et de réduire les heures d’ouverture des bars.

Bazar ou l\'on vend du vin à Haputale (Sri Lanka).
Bazar ou l'on vend du vin à Haputale (Sri Lanka). (GEOGRAPHY PHOTOS / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL / GETTYIMAGES)