Le monde de Marie, France info

Le monde de Marie. Au Mexique, le nouveau président refuse d'avoir des gardes du corps

Tous les jours, Marie Colmant revient sur un sujet passé (presque) inaperçu. Aujourd'hui, au Mexique, le président élu dimanche, Andrés Manuel López Obrador, veut conserver un train de vie normal et met en place la parité au gouvernement. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Andrés Manuel López Obrador, encore candidat à la présidentielle en mai dernier, rencontrait des militants durant un meeting au Mexique. 
Andrés Manuel López Obrador, encore candidat à la présidentielle en mai dernier, rencontrait des militants durant un meeting au Mexique.  (FRANCISCO ROBLES / AFP)

À quoi va ressembler le Mexique après l’élection d’Andrés Manuel López Obrador, premier président de gauche de ce pays ? Depuis dimanche 1er juillet, le nouveau président multiplie les annonces en attendant son investiture le 1er décembre 2018.

La plus étonnante de ces annonces a été faite mardi 3 juillet. Andrés Manuel López Obrador a décidé de se passer de ses gardes du corps. Il a déclaré devant les médias qu'il serait dorénavant protégé par les citoyens mexicains. Une annonce qu'il avait déjà faite lors de sa campagne en mai dernier

Cette décision offusque ses adversaires, qui la qualifient de mesure démagogique. Mais cela grogne aussi du côté de ses partisans, certains allant même jusqu’à trouver irresponsable le comportement de ce nouveau président sur qui repose l’avenir du pays. De fait, il y a de quoi avoir des suées pour les services de sécurité d’Andrés Manuel López Obrador, qui durant toute sa campagne, a serré toutes les mains et reçu à bras ouverts tous les cadeaux qu’on lui tendait. 

Un gouvernement paritaire

Outre cette mesurette, Andrés Manuel López Obrador a présenté son gouvernement qui prendra ses fonctions en décembre. Première surprise et première grande nouveauté pour un pays aux longues traditions machistes : la mise en place de la parité totale. Huit hommes, huit femmes. Et parmi ces dernières, une jeune femme de trente ans seulement, Luisa María Alcalde Luján, au ministère du Travail. Parité quasi mathématique aussi à la chambre des députés mexicaine et au Sénat avec 49,2% de femmes, soit 11% de plus qu’en France.

Le Mexique se passera aussi de Première dame. La journaliste Beatriz Gutiérrez, qui a épousé Andrés Manuel López Obrador en 2006, a refusé de jouer ce rôle et surtout d’assumer ce titre qu’elle considère comme un vestige du passé. Il faut dire ici que Beatriz Gutiérrez, est une femme de caractère. Elle a fait campagne aux côtés de son mari. Avec ce slogan déclaré en mai dernier : "Au Mexique, il n'y a pas de première ou de deuxième femme. Nous sommes tous égaux. Je serai à ses côtés en tant qu'observatrice critique."

Andrés Manuel López Obrador a, de son côté, confirmé la hausse générale des bas salaires. Elle sera compensée par la baisse générale des hauts salaires de ses ministres et du sien propre qui seront divisés par deux. Pas question non plus, d’emménager dans le palais national, Los Pinos (les pins en espagnol), dont il compte faire un musée au plus vite. La flotte présidentielle en avion est également à vendre.

Andrés Manuel López Obrador, encore candidat à la présidentielle en mai dernier, rencontrait des militants durant un meeting au Mexique. 
Andrés Manuel López Obrador, encore candidat à la présidentielle en mai dernier, rencontrait des militants durant un meeting au Mexique.  (FRANCISCO ROBLES / AFP)