Le monde d'Élodie, France info

Lous and the Yakuza : "J’ai fait le choix de me consacrer entièrement à la musique, corps et âme"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Rencontre aujourd'hui avec Lous and the Yakuza, le phénomène de la scène pop/rap de cette année. Elle sort son premier album intitulé "Gore". L'occasion de découvrir cette jeune femme de 24 ans qui a traversé bien des épreuves avant de percer dans la musique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La chanteuse Marie-Pierra Kakoma, du groupe Lous and the yakusa, sur la scène des Transmusicales de Rennes, le 5 décembre 2019
La chanteuse Marie-Pierra Kakoma, du groupe Lous and the yakusa, sur la scène des Transmusicales de Rennes, le 5 décembre 2019 (DAMIEN MEYER / AFP)

Lous (nom de scène de Marie-Pierra Kakoma) est une jeune femme née en République démocratique du Congo en 1996. Son père est gynécologue et sa mère, d’origine rwandaise, est pédiatre. Elle n’a que 2 ans lorsque cette dernière est emprisonnée, pendant deux mois, pour des raisons ethniques. A sa sortie de prison, elle doit quitter le territoire avec la petite sœur de Lous, et fuit en Belgique. Un réel traumatisme pour Lous qui reste avec son père et ne rejoindra sa mère que deux ans plus tard. Cette mère qu'elle connaît à peine. Elle confie au micro d’Elodie Suigo sa réaction à l’époque : "Mon père est resté au Congo, du coup, moi je me demandais pourquoi on me déposait chez quelqu’un que je ne connaissais absolument pas et où était mon père. C’était très compliqué." 

Après la sortie de Dilemme qui l'a faite connaître en 2019, suivi de deux autres singles, son premier album, intitulé Gore, vient de sortir mi- octobre. Le mot "Gore", c’est Lous qui en parle le mieux. Un mot qui tout simplement explique comment elle a pu surmonter les épreuves rencontrées ces dernières années : "Gore, c’est une sous-branche du cinéma d’horreur qui stipule que c’est un cinéma du coup violent, brutal, barbare. Tellement sombre finalement qu’il en devient absurde et donc drôle, et c’est là qu’il prend tout son sens (…) Ces années ont été très difficiles et je préfère en rire qu’en pleurer", dit-elle.

Lous veut chanter et en faire son métier. Mais ses parents, venant "du village" comme elle dit, et pour qui l’Eldorado c’est l’université, lui opposent une fin de non-recevoir. Pour eux, "c’était impossible une carrière artistique", raconte-t-elleIls la déshéritent, puis c’est l’épreuve de la rue.

J’ai fait le choix de me consacrer entièrement à la musique mais corps et âme, jour et nuit

Lous and the Yakuza

à franceinfo

Mais Lous est une personne volontaire, elle a la tête dure et va jusqu’au bout de son projet et cela s’avère payant. Constamment à la recherche d’un équilibre intérieur, elle reconnaît que les planètes ne sont pas toujours bien alignées : "Parfois tu as la tête qui est en paix, ton cœur qui est tourmenté et ton corps qui est malade, et inversement. Je cherche en tout cas l’épanouissement en permanence, oui. Je suis hédoniste", confie-t-elle.

Je crois vraiment personnellement et profondément que quand on travaille, on arrive vraiment à ce que l’on veut, même si ça semble fou !

Lous and the Yakuza

à franceinfo

"Je rêvais de partager un message, de changer le monde" 

Enfant, Lous aspire à changer le monde et c’est en quelque sorte avec cet album qu’elle se présente à ce monde avec ses valises : "Voilà qui j’étais, voilà par quoi je suis passée, ce que j’ai pu comprendre, observer du monde et de la vie et ne m’enfermez pas là-dedans surtout ! ", dit-elle.

Les 10 titres de son album sont donc très différents les uns des autres et reflètent bien son besoin de se diversifier, de ne pas être rangée dans une seule et unique case. Il y a la musique mais aussi ce projet de construction d’une clinique au Rwanda qui lui tient à cœur, de peut-être un jour mettre en place un système de sécurité sociale en Afrique. Parallèlement à une expérience dans le mannequinat, elle travaille aussi au design d’un immeuble à Bruxelles.

Mon but, c’est d’être philanthrope. J’ai envie d’être un personnage assez influent pour réellement changer les choses

Lous and the Yakuza

à franceinfo

Pour voir une autre de ses nombreuses facettes, celle sur scène, il faudra attendre le 10 février 2021, à Caluire-et-Cuire.

SME (au nom de Columbia); UNIAO BRASILEIRA DE EDITORAS DE MUSICA - UBEM, Warner Chappell, LatinAutor - Warner Chappell, ASCAP et 1 sociétés de gestion des droits musicaux

Petit problème technique, l'entretien est à écouter ci-dessous:

La chanteuse Marie-Pierra Kakoma, du groupe Lous and the yakusa, sur la scène des Transmusicales de Rennes, le 5 décembre 2019
La chanteuse Marie-Pierra Kakoma, du groupe Lous and the yakusa, sur la scène des Transmusicales de Rennes, le 5 décembre 2019 (DAMIEN MEYER / AFP)