Le monde d'Élodie, France info

Alain Pacherie, dircteur du cirque Phénix : "Le cirque, ça représente un rêve d’enfant"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd'hui, l’invité est Alain Pacherie, directeur fondateur du Cirque Phénix, président de l’Académie Fratellini et du Festival mondial du cirque de demain. Il nous présente son nouveau spectacle, "Les Etoiles du cirque de Mongolie".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Alain Pacherie, en 2015.
Alain Pacherie, en 2015. (MAXPPP)

"Les Etoiles du cirque de Mongolie", c’est le nouveau spectacle que présente Alain Pacherie avec le cirque Phénix sur la pelouse de Reuilly à Paris, jusqu’au 19 janvier 2020, puis en tournée dans toute la France. Une création qui l’oblige à se renouveler : "A chaque fois ça se construit, on va dans le pays, on fait un casting et on raconte une histoire, pour être différent par rapport aux années précédentes. C’est des rencontres formidables à chaque fois".

Cirque Phénix

Alain Pacherie est un homme de cirque mais aussi de cœur puisqu’il est le vice-président de l’association Les Petits Princes qui permet aux enfants malades de réaliser leurs rêves : "J’ai été bouleversé par un petit garçon de 5 ans qui avait un cancer très très grave". Il raconte sa rencontre avec ce petit garçon il y a 28 ans et se réjouit du formidable essor de cette association qui désormais exauce les souhaits de 600 enfants par an.

Le cirque dans les gènes

Enfant, Alain Pacherie est élevé par sa mère avec un frère et une sœur beaucoup plus âgés que lui : "J’étais le petit dernier, j’étais très gâté". Il grandit sans père, le voit une fois à sa demande lorsqu’il a 11 ans. "Après cette date, il m’avait promis qu'on allait se revoir et il n’a jamais repris contact. Honnêtement ça ne m’a pas manqué."

C’est à 40 ans qu’il apprend que son père était un forain et son grand-père trapéziste. Le cirque comme une affaire de famille : "Le cirque, ça représente un rêve d’enfant, c’est souvent le premier spectacle où on emmène un enfant, c’est le premier spectacle que j’ai vu de ma vie." Il constate qu’il existe quelque 850 écoles de cirque amateur en France. Il existe même un diplôme bac+3 à l’Académie Fratellini où 380 enfants viennent chaque semaine pour vivre leur passion. 

Le cirque fait encore beaucoup rêver les enfants

Alain Pacherie

à franceinfo

Etat des lieux du cirque en France

D’après Alain Pacherie, le cirque a ses difficultés. Le cirque traditionnel avec les animaux, par exemple, n’a plus la côte. Lui a fait un dernier spectacle en 2002 avec un numéro d’oursons cosaques mais il a cessé en voyant les oursons apeurés en passant en courant sous le ventre des chevaux au galop.

A la fin des représentations, j’ai dit à mon équipe : c’est la dernier année, on ne fera plus d’animaux

Alain Pacherie

à franceinfo

Les années qui suivent sont difficiles avec cette absence d’animaux : "On a perdu des parts de marché. Je n’ai pas lâché l’affaire et le temps m’a donné raison. Les dresseurs ne sont pas des bourreaux mais ce qui n’est pas acceptable, c’est le transport des animaux, le dressage et de faire vivre un animal dans une cage toute sa vie."

Un étranger dans le monde circassien

Alain Pacherie n’est pas issu d’une lignée de gens du cirque mais il a réussi : "Je trouve que j’ai eu beaucoup de chances dans la vie, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont aidé. Les idées que j’ai eues ont souvent été partagées." Alain Pacherie cherche constamment l’émerveillement : "Quand je construis mes spectacles il faut que l’artiste que j’engage me touche, et c’est ça la magie du spectacle, c’est qu’on peut faire passer des émotions."

Vous avez des artistes sur scène qui ne disent pas un mot et vous avez 5 500 spectateurs dans la salle qui ressentent quelque chose... ça c’est magnifique

Alain Pacherie

à franceinfo

Le cirque Phénix a presque 20 bougies. Il doit son nom aux suites de la tempête de décembre 1999. Alain Pacherie se rappelle de la première toile tendue, livrée en octobre, tendue en novembre et écroulée en décembre. "Le prochain chapiteau, je l'appellerai Phénix", s'était dit Alain Pacherie. 20 ans de souvenirs et toujours ce même amour pour son art : "A chaque fois que je rentre sous le chapiteau, une fois qu’on a levé la toile, toute l’équipe me dit : Alain, à  toi. A chaque fois, j’ai les larmes aux yeux." 

Le spectacle proposé par cet amoureux de la vie et le Cirque Phénix, Les Etoiles du cirque de Mongolie, c’est jusqu’au 19 janvier 2020 sur la pelouse de Reuilly à Paris puis en tournée dans toute la France.

Alain Pacherie, en 2015.
Alain Pacherie, en 2015. (MAXPPP)