Cet article date de plus d'un an.

Réparer la mémoire et reconnaître les blessures des ancêtres des chefs coutumiers de Guyane et du Surinam

Les chefs coutumiers du Surinam et de la Guyane se souviennent de leurs ancêtres exposés en 1892, au jardin d’Acclimatation à Paris. Ils ont échangé sur un traumatisme commun.
Article rédigé par franceinfo - Thierry Belmont
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Des Amérindiens, des Kalin’a, ont été exposés dans une cage humaine au Jardin d'Acclimatation à Paris en 1892. 32 sont arrivés de Guyane. 10 seulement sont revenus chez eux. (Illustration) (GUYANE LA 1ERE / KARL CONSTABLE / DR)

Réparer, ou tenter de réparer les blessures du passé…C’était l’objet d’une réunion de Yopotos, c’est-à-dire de chefs amérindiens guyanais et surinamais, en fin de semaine dernière. Leurs ancêtres ont été exposés en 1892, dans des "zoos humains" au jardin d’Acclimatation à Paris. Ensemble, les chefs coutumiers ont échangé sur un traumatisme commun. 

Une arrière-petite-fille d'un des ancêtres exhibés à Paris, pose cette question : "Est-ce que, oui ou non, les Yopotos sont d'accord pour faire revenir nos six restes humains, qui se trouvent actuellement au Musée de l'Homme à Paris ? " Elle espère aussi l'engagement de l'Etat pour enfin reconnaître cette page de l'Histoire, et que les souffrances endurées par leurs ancêtres ne soient pas oubliées. Guyane la 1ère,  Terence Moy. 

Le drapeau martiniquais installé au fronton de la mairie de La Trinité

En Martinique, la commune de La Trinité a hissé lundi 22 mai, jour de commémoration de l’abolition de l’esclavage, le drapeau aux trois couleurs rouge-vert-noir. L’emblème désormais officiel de la Martinique a été installé au fronton de la mairie, aux côtés des drapeaux français et européens. Alain Livory, Martinique la 1ère.

Les élus de la collectivité territoriale de Martinique ont votés pour la reconnaissance du créole comme langue officielle, au même titre que le français. Mais se pose la question de la légalité de cette délibération. Lors des débats, certains conseillers ont rappelés qu'une telle décision va à l'encontre de la constitution française, en citant notamment l'exemple de la Corse. La majorité de l’assemblée se dit prête à y faire face.

Le projet d’Agence régionale de la biodiversité voit enfin le jour à la Réunion

L’île de la Réunion dispose désormais d'une Agence régionale de la biodiversité. Il s'agit de la neuvième agence du genre à voir le jour en France. Réunion la 1ère, Hermione Razafinarivo. La Réunion fait partie des 34 points chauds de la biodiversité recensés sur la planète par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.