Le journal de la culture, France info

Un nouvel album pour Asa : " Bed Of Stone "

De la musique soul, du blues, du folk, on va découvrir la nouvel album de la chanteuse franco-nigériane Asa, à voir également la première exposition jamais présentée dans une prison à Avignon qui bat des records de fréquentation et pour terminer nous allons en Normandie au festival " Cabourg mon amour "

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Naïve)

C'est l'une des sorties album de la semaine : "Bed Of Stone", le deuxième disque de la jeune chanteuse Asa

Cette nigériane, née à Paris, continue de brouiller les frontières, et infuse avec bonheur ses racines africaines dans l'univers de la folk musique. Asa qui repart en tournée avec sa guitare à la rentrée avec ce nouvel album "bed of stone"..

50.000 visiteurs depuis l'ouverture à la mi-mai..L'exposition "la disparition des lucioles" à Avignon connaît un joli succès cet été

Et c'est même un record de fréquentation pour la collection Lambert, le célèbre centre d'art avignonnais qui l'organise.

Photos, tableaux, des sculptures etc...

Une expo juste à côté du palais des papes dans les murs de l'ancienne prison Sainte Anne désaffectée depuis dix  ans.

Andy Warhol, Michel Basquiat, Man Ray, Louise Bourgeois et d'autres artistes moins connus. Une centaine d'oeuvres d'art contemporain sont présentées dans les cellules, les couloirs et certaines cours.

Des oeuvres sur thème de l'enferment, le temps qui passe, et l'isolement comme dans les pclichés de de Mathieu Pernot qui a photographié les "hurleurs". Ce sont les familles des détenus qui venaient crier des messages aux prisonniers du haut du rocher des Doms. "La disparition des lucioles, c'est jusqu'au 25 novembre à Avignon.

Deux jours de musique face à la mer en Normandie...c'est le programme de la deuxièmé edition de Cabourg Mon Amour ce week-end

Rendez-vous au casino et carrément sur la plage. C'est un petit festival avec une quinzaine de groupes en devenir. Pop, rock, Electro. A découvrir : Samba de la Muerte, un nom exotique qui ne cache pas des rythmes brésiliens mais le son planant de quatre jeunes normands qui chantent en anglais, encore.

(© Naïve)