Cet article date de plus de dix ans.

Les médiateurs du crédit et de la sous-traitance adoubés par Arnaud Montebourg

écouter
Les représentants du médiateur du crédit et de la sous-traitance seront intégrés aux dispositifs locaux de redressement productif
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le dispositif en
faveur des entreprises commence à prendre forme

 Le gouvernement a
annoncé qu'il va nommer des délégués dans les 22 régions pour être le contact
unique des entreprises en difficultés. Sur le modèle du Ciri comité
interministériel de restructurations industrielles. Créé en 1974, il ne traite
que les dossiers des entreprises de plus de 400 personnes mais il permet de
s'occuper des dossiers difficiles en amont, avant que la procédure judiciaire
ne soit enclenchée. Et ce avec succès dans la mesure où il associe tous les
partenaires des entreprises. C'est donc la formule qui sera déclinée en régions
dans les semaines qui viennent.
A ce dispositif seront intégrés les
correspondants locaux du médiateur du crédit et du médiateur de la sous-traitance
mis en place par le gouvernement de François Fillon. Deux dispositifs qui,
contrairement aux commissaires à la ré-industrialisation, se sont avérés très
utiles
selon Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, au micro
de Julie Bloch-Lainé 

 

Dernier exemple en
date Xilofrance a été placé aujourd'hui en redressement judiciaire
 

L'entreprise qui
fabrique du contreplaqué emploie 65 personnes à Damazan dans le Lot et Garonne.
Xilofrance transforme des pins et des peupliers des Landes voisines. Elle était
en procédure de sauvegarde depuis août dernier. L'administrateur judiciaire a
jusqu'au 10 juillet prochain pour trouver un repreneur. Le seul qui s'était
manifesté, la société Rolpin qui est le principal client de Xilofrance a vu sa
candidature rejetée par le tribunal qui estime que ses garanties financières
sont insuffisantes.

 

 

Cinq mille postes à
supprimer chez Air France
 

C'est l'estimation
avancée aujourd'hui par  la CGC alors que
la compagnie doit présenter son plan de restructuration la semaine prochaine en
comité d'entreprise. Ces suppressions d'emplois s'étaleront jusqu'en 2015. Cela
représente 10 % des effectifs d'Air France.

 

Des baisses
d'effectifs aussi dans l'automobile
 

PSA annonce qu'il
va réduire la production de trois de ses modèles fabriqués dans l'usine de
Sochaux dans le Doubs. Trois cents des 1 600 postes d'intérimaires seront
supprimés, progressivement d'ici au mois d'octobre. Même décision annoncée chez
Renault mais le constructeurs n'a pas donné de précisions quant au nombre de
salariés qui seront concernés.

 

L'Italie semble
prendre le même chemin que l'Espagne
 

Le scénario espagnol
donne l'impression de se répéter en Italie. D'une part les taux demandés par
les marchés pour refinancer la dette du pays augmentent de jour en jour.
D'autre part, le chef du gouvernement Mario Monti reste de marbre et affiche sa
sérénité pour reprendre ses mots. Et il rejette toute idée de plan d'aide, même
à l'avenir, répétant qu'il n'est pas question que Rome cède de façon
asymétrique une partie de sa souveraineté. Si le déficit du pays est beaucoup
moins lourd qu'ailleurs puisqu'il se limite à 1,7 % du produit intérieur brut,
en revanche la dette représente elle 120 % du pib.

 

Shell devra
attendre pour exploiter ses forages au large de la Guyane
 

Le gouvernement
français vient de suspendre la campagne d'exploration qui devait démarrer ce
mois-ci. Et ce jusqu'à nouvel ordre. La ministre de l'écologie veut remettre le
code minier à plat considérant que la protection de l'environnement et de la
faune marine doit être mieux prise en compte qu'actuellement. Shell se dit très
surpris par la décision affirmant que tout ce qui a été fait concernant ce
permis va au delà des exigences réglementaires.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.