Le journal de l'éco, France info

La dégradation de la note souveraine française fait-elle le jeu du patronat?

Une chose est sûre : le constat dressé par Moody's pour justifier la dégradation de la note française n'est pas pour déplaire au Medef.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Dans un communiqué, l'agence de
notation américaine évoque la dégradation de la compétitivité, le manque
d'innovation ou encore la rigidité de notre marché du travail à cause dit-elle,
d'une législation trop proctrice envers les salariés en CDI. L'occasion était
belle pour la patronne du Medef. Dès ce matin, elle a appelé le gouvernement à accélérer
les réformes structurelles. Laurence Parisot réclame la mise en œuvre dès le
1er janvier et sans conditions du crédit d'impôt de 20 milliards pour les
entreprises. Quant à l'épineuse négociation sur la réforme du marché du
travail, la patronne des patrons entend bien imposer la notion de flexibilité.

Devant le congrès
des maires, François Hollande a pris acte de la dégradation de la note
souveraine. "Nous avons tout intérêt à redresser nos comptes publics"
a-t-il affirmé tout en soulignant l'absence de réactions des marchés. Les taux d'intérêt
d'emprunt ont en effet à peine bougé.De ce point de vu, la
décision de Moody's est un non évènement analyse Eric Delannoy, vice président
du cabinet en stratégie Weave.

Désormais, la
France ne conserve un triple A qu'auprès de l'agence française Fitch. Celle ci
pourrait aussi revoir sa note. Mais pas avant 2013.

On parlait il y a
un instant du crédit d'impôt pour les entreprises. Mais qui va en profiter?

Il est encore un
peu tôt pour le dire puisque Bercy travaille sur les modalités pratiques de son
dispositif. Dans les grandes lignes, on sait que ce crédit d'impôt de 20
milliard d'euros sera étalé sur trois ans. Il sera calculé en fonction de la
masse salariale d'une entreprise et concernera les salaires compris entre un et
2 fois 1/2 le SMIC. Objectif : rendre les entreprises plus compétitives en allégeant
le coût du travail d'environ 6. Sur la base de ces informations, l'institut
Coe-Rexecode s'est livré à une petite simulation. Résultat : le crédit d'impôt
bénéficierait d'avantage aux entreprises de services qu'aux entreprises
industrielles. Michel Didier,
directeur de Coe-rexecode.

Le directeur de l'Institut Coe-Rexecode

Prison ferme pour
l'ex-trader de la banque UBS

Kweku Adoboli, jugé
depuis septembre par le tribunal londonien de Southwark, a été condamné à 7 ans
de prison. Il a été jugé coupable pour une fraude qui a coûté  2 milliards 300 millions de dollars à son employeur,
la banque suisse UBS. Il lui était reproché d'avoir monté des opérations
fictives pour faire progresser son bonus.

Renault va-t-il lancer un nouveau
modèle à bas coûts.

Selon le site internet de la
Tribune, le constructeur devrait annoncer le lancement d'une voiture à 5000
euros pour la fin 2014. Objectif : proposer un modèle moins cher que l'actuelle
gamme Dacia, notamment pour répondre à la demande de marchés émergents. Ce
véhicule à bas coûts serait développé en partenariat avec Nissan et produit à
Chennai, en Inde. Il ne serait destiné qu'au marché indien. Du moins dans un
premier temps.

 

 

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)