Cet article date de plus de huit ans.

Le Geek de A à Zeid : MOOC

Tout l'été avec Jean Zeid, France Info décrypte les expressions issues des nouvelles technologies et qui se sont peu à peu imposées, parfois jusque dans les pages des bons vieux dictionnaires. Le mot du jour : MOOC.
Article rédigé par Jean Zeid
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
  (©)

L’acronyme MOOC signifie "Massive Open Online Course" que l’on peut traduire par "cours en ligne massivement ouvert". Massif car le nombre d'inscrits par cours peut varier de quelques milliers à plus de 100.000 participants. Aucun amphi ne peut donc rivaliser. Les MOOC, des cours d’un niveau universitaire et diffusés sur internet. Ils sont gratuits et libre d’accès, aucun prérequis n’est exigé de la part des participants. Gratuit, certes, mais cela ne signifie pas que le MOOC soit libre de droit. D’une manière générale, il ne peut être ni réutilisé, ni rediffusé sans le consentement de leurs auteurs.Une révolution entamée depuis le milieu des années 2000.

Emballement médiatique

Mais c’est en 2013 que l’émergence des MOOC a provoqué un emballement médiatique avec cette simple promesse : ils vont révolutionner l’enseignement à la papa, du balai la pédagogie à l’ancienne.

Trois ans après cette annonce, on n’y est pas encore : à peine 4% des inscrits terminent leur formation en ligne, un taux de décrochage qui en dit long.

Reste que le MOOC a eu le temps de faire des petites comme le COOC, un cours en ligne dispensée par une entreprise auprès de ses clients ou de ses salariés. Il y a aussi le SPOC qui ne doit rien au vaisseau Enterprise ou à Star Trek puisque c’est une formation en ligne pour un nombre restreint d’élèves, une sorte de stage de formation nouvelle génération.

Enfin, comment ne pas citer le SOOC qui n’est pas un grand bordel organisé mais une formation très spécifique visant une frange minime de salariés. MOOC, SPOC, SOOC ou COOC, si la révolution de l’enseignement n’a pas eu lieu, celle des acronymes fonctionne à plein. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.