Le décryptage éco , France info

Quel est l'avenir de Dailymotion ?

Coup de tonnerre hier pour Dailymotion, la plate-forme française de vidéo : le ministre Emmanuel Macron a demandé hier à Orange, son propriétaire, de ne pas vendre Dailymotion à un investisseur chinois, mais de trouver une solution française ou européenne. Coup politique ou bon réflexe économique ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Regardons d’abord  ce que représente Dailymotion, oui, c’est une très belle jeune entreprise française, créé il y a dix ans, c’est le Youtube français, la deuxième plate forme mondiale de vidéo, certes beaucoup plus petite, mais déjà totalement mondialisée, et dont le chiffre d’affaires est réalisé à 90% à l’étranger, les équipes de direction sont d’ailleurs installées en Californie. Dailymotion est sur un marché extrêmement porteur et déterminant pour l’économie numérique. Et pour survivre, se développer dans un secteur où les choses vont très vite, Dailymotion a besoin d’argent, d’investisseurs déjà présents dans le numérique qui croient en lui, peuvent établir des synergies et lui donnent les moyens financiers de cette stratégie. Et c’est là que le bas blesse : Orange, son propriétaire a bien injecté 30 millions dans Dailymotion, mais on est très loin du compte et Orange n’est pas non plus le partenaire technologique le plus à même d’assurer le développement de la plate-forme à l’étranger, il le sait et c’est pourquoi il cherche un acheteur pertinent.

Quels sont les arguments d’Emmanuel Macron pour refuser l’investisseur hong kongais trouvé par Orange, et surtout sont-ils valables ?

Les arguments sont les mêmes que ceux qu’avait déjà brandis Arnaud Montebourg, il y a deux ans, en mettant alors son veto au rachat par l’américain  Yahoo! de 49% du capital de Dailymotion, au nom du patriotisme économique. Le numérique est un enjeu de souveraineté, dans un secteur où les géants américains sont déjà ultra-dominants, à travers ce qu’on appelle les fameux GAFA, l’acronyme de Google – Apple – Facebook – Amazon. Avec cette domination, les américains risquent d’imposer partout leurs normes et de façonner le secteur complètement à leurs mains.

Bien sûr ces arguments ne sont pas faux. Il serait bien évidemment préférable que la France et l’Europe sachent faire émerger des géants dans ce secteur. Simplement ça ne se décrète pas, et quand l’Etat se mêle de faire du mécano industriel, on l’a vu dans de nombreuses dossiers, c’est rarement couronné de succès.  

Mais il se murmure qu’un repreneur français pourrait cette fois se manifester, Vivendi ou Fimalac, ça serait crédible ?

Pourquoi pas. On s’étonne quand même un peu qu’une solution miracle française sorte soudain du chapeau alors que chacun sait depuis deux ans qu’Orange cherche un investisseur pour Dailymotion et que personne ne s’était manifesté. On peut aussi souligner le paradoxe qu’il y a à demander sans cesse aux groupes étrangers de venir investir chez nous, et de leur dire soudain « touche pas à ma pépite française ». Enfin s’il y a finalement une solution française, il faudra regarder deux choses : 1 - est-ce que cette solution est la plus pertinente au plan industriel, technologique, stratégique pour développer Dailymotion ? 2 – Est-ce que le groupe en question a bien les moyens et l’envie d’investir massivement dans ce projet ? Une chose est sûre : l’équipe de Dailymotion doit commencer à trouver le temps long et la France bien compliquée.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)