Pas de report supplémentaire pour rembourser les prêts garantis par l'État

écouter (2min)

Les entreprises, qui ont bénéficié d’un prêt garanti par l’État (PGE) devront commencer à rembourser dès mars prochain au plus tard. Le gouvernement ne veut plus rajouter de délai supplémentaire. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Panneau du ministère de l'Economie et des Finances, à Bercy. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les prêts garantis par l’État (PGE) sont une mesure mise en place par le gouvernement dès le tout début de la crise, dès le premier confinement, pour aider les entreprises à faire face à une chute brutale d’activité, et à conserver ou renflouer leur trésorerie. Il faudra bien les rembourser dès mars 2022. L’objectif de ces PGE, c’était, comme leur nom l’indique, de faire en sorte que les sociétés – petites et grandes, quel que soit le secteur, obtiennent grâce à la caution de l’État un prêt bancaire, facilement et rapidement, à des taux d’intérêts très intéressants.

Depuis le début de la crise sanitaire, selon le ministère de l’Économie, près de 693 000 sociétés ont bénéficié du dispositif.  Pour beaucoup, ces PGE ont été, et sont encore, une aide précieuse, notamment pour les plus petites structures, de moins de 10 salariés : elles représentent plus de 85% des bénéficiaires. En moyenne, le montant emprunté s’élève à 90 000 euros mais des groupes comme Air France ou Renault ont aussi obtenu des PGE. Et là, les sommes se comptent en milliards d’euros   

L’État ne veut pas accorder de délais supplémentaires aux entreprises pour rembourser. Il avait déjà accepté de décaler les remboursements de ces PGE d’un an, de 2021 à 2022, mais là, c’est bel et bien fini. Pour Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, c’est la reprise. L’économie redémarre, il faut passer à autre chose, c’est la fin du "quoi qu’il en coûte". De fait, pour les sociétés qui ont contracté un PGE au tout début, en mars 2020, ça veut dire qu’elles devront démarrer au plus tard les remboursements dans quatre mois, en mars 2022.    

Le gouvernement pas inquiet pour les remboursements

Selon Bercy, les entreprises n'ont pas de mal à rembourser. 16% ont déjà totalement rendu l’argent, sans y avoir touché. Elles avaient pris un PGE par sécurité et n’en ont pas eu besoin. Un tiers des entreprises a déjà commencé à rembourser. Pour les autres, le gouvernement n’est pas inquiet : le taux de défaut des sociétés, c'est à dire celles qui ne réussiraient pas du tout à rembourser, ne dépassera pas 3%. L’an dernier, il estimait ce taux plutôt autour du double, soit 6-7%.  Avec la reprise, en fait, la situation des entreprises s’améliore plus vite que prévu.   

Le gouvernement promet de d'aider les entreprises qui ont des difficultés, mais au cas par cas. Certaines pourront obtenir des étalements d’échéances, mais de manière exceptionnelle. Il n’y aura plus de mesures universelles. Le dispositif des PGE est toujours ouvert : des entreprises fragilisées par la crise, ayant des soucis de trésorerie, peuvent encore en demander.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.