Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Trouver son job d'été : le gouvernement met en ligne 10 000 offres pour les jeunes

Pour aider les jeunes à trouver un job d’été, une trentaine d’entreprises comme Décathlon, Leclerc, Fnac Darty, Accor, proposent aujourd’hui 10 000 offres sur le site du gouvernement "1 jeune, 1 solution". Le décryptage de Fanny Guinochet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une serveuse dans un restaurant parisien. Photo d\'illustration.
Une serveuse dans un restaurant parisien. Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)

Avec le Covid-19, trouver un emploi d’été est encore plus difficile que d’habitude. Certains passent par leur réseau, leur famille, mais d’autres n’ont pas cette possibilité. D’où l’idée du gouvernement de proposer un espace web dédié aux entreprises pour qu’elles déposent leurs offres. Une trentaine de sociétés de l’hôtellerie, la restauration, du commerce participent déjà à l’opération. Il y a aussi les grandes agences d’intérim comme Addecco, Randstad, Manpower. L’objectif c’est que d’autres entreprises, plus petites notamment, rejoignent vite la plateforme en ligne pour multiplier par trois ou quatre le nombre d’offres , d’ici la fin du mois de juin… 

Les aides aux entreprises s'arrêtent ce soir

Le site "1 jeune, 1 solution" existe déjà depuis l’été dernier : si vous avez moins de 30 ans, vous y trouvez des offres d’emploi, de stage, des renseignements sur des formations. Il y aussi des infos sur les aides que les entreprises peuvent obtenir lorsqu’elles embauchent un jeune. Les entreprises peuvent recevoir, jusqu’à lundi 31 mai inclus, jusqu‘à 4 000 euros pour un contrat signé avec un jeune en CDI ou en CDD de plus de trois mois.

Selon le ministère, depuis août dernier, moment où ces aides ont été mises en place, il y a eu 470 000 demandes de primes. Mais selon le Conseil d’analyse économique, pourtant rattaché au gouvernement, les résultats sont mitigés : seulement 60 000 nouveaux postes ont été créés. En fait, pour les autres, les employeurs auraient de toutes façons embauché le jeune avec ou sans prime. Il y a donc eu un effet d’aubaine évident. Même si le gouvernement s’en défend, cette évaluation du dispositif le conduit à arrêter les aides. Sans compter que ces primes ont un coût : un milliard d’euros au total. 

Pour le recrutement d’un apprenti, les aides continuent

Tout dépend de l’âge et du niveau de qualification du jeune, mais les aides sont prolongées. Les employeurs peuvent encore toucher jusqu’à 8 000 euros quand ils prennent un apprenti. Depuis que le système a été réformé avant la crise, l’apprentissage connaît un vrai succès en France, avec 500 000 contrats signés l’an dernier. Un record.

Une serveuse dans un restaurant parisien. Photo d\'illustration.
Une serveuse dans un restaurant parisien. Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)