Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. La page Riboud se tourne chez Danone

Le groupe agroalimentaire était dirigé depuis 1966 par Antoine Riboud et depuis 1996 par Franck Riboud, son fils. Il devrait voir Emmanuel Faber devenir PDG.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Emmanuel Faber, directeur général de Danone, et Franck Riboud, PDG, en avril 2017.
Emmanuel Faber, directeur général de Danone, et Franck Riboud, PDG, en avril 2017. (ERIC PIERMONT / AFP)

Emmanuel Faber devrait prendre les rênes de Danone, et remplacer Franck Riboud au poste de PDG. Un conseil d’administration se tient mercredi 18 octobre et ce géant de l’alimentaire français – Danone, Evian, Volvic, Bledina... – ne va plus être dirigé par un Riboud. Après, Antoine, le fondateur, le père, et Franck, le fils, c’est Emmanuel Faber, le directeur général, qui devrait prendre les commandes du groupe.

Le conseil d’administration de mercredi devrait entériner le passage de flambeau. Ce n’est pas vraiment une surprise, la transition était dans les tuyaux. Depuis trois ans, Franck Riboud, n’était déjà plus dans l’opérationnel. Emmanuel Faber était présenté comme son fils spirituel, son successeur. Il devrait donc diriger une entreprise, de plus de 100 000 salariés, répartis partout dans le monde.

Un groupe profondément transformé

C’est une page qui se tourne pour ce fleuron français. Danone est atypique dans le CAC40. Déjà, parce qu’Antoine Riboud, avait réussi en 1996, à passer les commandes, à son fils, alors même que la famille ne détenait qu’une part infime du capital. Ensuite parce que Franck Riboud a beaucoup transformé le groupe. Il a vendu plusieurs marques comme Liebig, Amora ou Kronenbourg, s’est recentré sur quelques produits phares : le lait, l'alimentation pour bébé, les biscuits... Il a mis le paquet sur le bio et la santé.

Résultat : malgré des marchés difficiles, avec la crise du lait, ou des scandales en Chine, Danone va plutôt bien. Au point d’être l’objet de convoitises régulières de la part de groupes étrangers. Mais comme disait Riboud père, "Danone c’est la cathédrale de Chartres et on n’achète pas la cathédrale de Chartres !"

Continuité et influence

Avec l’arrivée d’Emmanuel Faber, on devrait rester dans la continuité, tant sur la stratégie que dans les valeurs. Cela fait vingt ans qu’Emmanuel Faber est dans le groupe. Catholique pratiquant, toujours prêt à vanter l’éthique dans le business, il s’est construit une image sociale, dans la lignée des Riboud, très attachés à une entreprise solidaire.

D’ailleurs, sur ce point, Danone, est un peu la boite à outils d’Emmanuel Macron. L’entreprise influencerait beaucoup le président. Muriel Penicaud, la ministre du Travail, est une ancienne DRH du groupe, et puis ce serait chez Danone qu’Emmanuel Macron aurait trouvé inspiration. Notamment pour lancer cette grande discussion sur plus de participation des salariés dans l’entreprise, dont Emmanuel Macron a parlé dimanche soir.

Emmanuel Faber, directeur général de Danone, et Franck Riboud, PDG, en avril 2017.
Emmanuel Faber, directeur général de Danone, et Franck Riboud, PDG, en avril 2017. (ERIC PIERMONT / AFP)