La Poste met le paquet sur les livraisons

écouter (2min)

Pour faire face à la baisse du courrier, La Poste veut développer l'activité livraison.  D’ici une dizaine d’années, elle veut trier et distribuer un milliard de colis par an. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une agence de la Poste à Woippy (Moselle). (CÉCILE SOULÉ / RADIO FRANCE)

La Poste veut doubler ses livraisons avec sa filiale Colissimo. Le groupe public a traité près de 500 millions de colis cette année. Il faut dire que comme les Français achètent de plus en plus sur internet, l’activité livraison fonctionne très bien, mieux qu’espéré. Les confinements, mais aussi le télétravail incitent à recevoir les commandes à la maison. Résultat : avec la crise, La Poste estime avoir a fait  "trois années de croissance en une seule".

Et pour développer encore un peu plus ce segment, la Poste prévoit d’investir massivement : 450 millions d’euros  sur quatre ans. C’est quasiment autant que ce qu’elle a déjà mis ces dernières années dans ses centres de tri et de distribution. Ce nouvel afflux d’argent doit financer la création de nouvelles plateformes logistiques, (dans l’Est, l’Ouest, le Sud-Est et le Sud-Ouest) et permettre aussi de moderniser et de créer une centaine de sites et d’entrepôts plus petits partout sur le territoire. Colissimo veut être capable de livrer presque tout l’hexagone en une journée.

Amazon, concurrent... et premier client

Selon la Poste, cet investissements doit créer au moins 500 emplois directs. Notamment parce qu’elle va réduire son recours à la sous-traitance. Aujourd’hui, en fait, presque un colis sur quatre livré par La Poste l’est via un sous-traitant. Ces investissements doivent aussi permettre de maintenir des postes existants, dit le groupe, de facteurs notamment, qui vont basculer sur la distribution de colis.    

Le géant du web Amazon est le premier concurrent mais c’est aussi le premier client de La Poste. Ce qui veut dire qu’une grande partie des colis Amazon sont transportés par les camions  jaunes. L’entreprise publique profite aussi de la croissance de nombreuses plateformes de e-commerce comme Cdiscount ou La Redoute, qui font appel à elles. En France, Colissimo est numéro un de la livraison de colis. L’enseigne est notamment très bien placée pour assurer les petits trajets courts, ceux que l’on appelle "du dernier kilomètre", qui sont souvent les plus compliqués à effectuer, car ils se font souvent dans des zones embouteillées, comme au cœur des villes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.