Le décryptage éco, France info

La fronde contre Amazon gagne du terrain

Amazon concentre toutes les critiques, mais le géant du web poursuit sa croissance en France. Le décryptage éco de fanny Guinochet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une manifestation anti Amazon a eu lieu jeudi 5 novembre à Colmar dans le Haut-Rhin. 
Une manifestation anti Amazon a eu lieu jeudi 5 novembre à Colmar dans le Haut-Rhin.  (VANESSA MEYER / MAXPPP)

Avec la polémique sur la fermeture des commerces non essentiels, Amazon a concentré toutes les critiques. Elus, grandes enseignes, commerçants, la fronde est lancée. Jeudi 5 novembre, c'est Intermarché qui a poursuivi les hostilités avec une campagne de pub dans la presse intitulée "Désolé Amazon", avant d'annoncer l'ouverture de son site web aux petits commerçants qui peuvent mettre leurs produits en vente.

Plus que jamais, la plateforme de e-commerce est devenue la marque infréquentable, la bête noire. Et les appels à la boycotter se sont multipliés. Jusqu’au plus haut niveau d’ailleurs : puisque Jean Castex demande aux Français de ne pas faire prospérer le géant américain, tout comme Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie ou encore Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture pour qui : "Amazon se gave, il ne faut pas gaver Amazon !"

Amazon reste le grand gagnant de la crise

Les Français font massivement appel à ses services : près d'un sur trois est client d’Amazon, cela représente plus de 20 millions de personnes ! Aujourd’hui, Amazon en France, c’est 20% du e-commerce français, une trentaine de sites dans plusieurs régions et près de 10 000 personnes en CDI. Selon son directeur en France, qui fait le tour des médias pour dédiaboliser la marque, si on compte les sous-traitants et les emplois induits, c’est même jusqu’à 130 000 personnes qui travaillent dans l’Hexagone grâce à Amazon.

Et ce n’est pas fini : chaque année Amazon veut ouvrir en France entre cinq et dix agences de livraison, un immense centre de distribution… Localement ces projets suscitent la controverse. Par exemple, une centaine de personnes ont manifesté jeudi contre une implantation d’Amazon près de Colmar dans le Haut-Rhin. 

Amazon concentre les critiques 

Le groupe est vu comme peu responsable et roi de l’optimisation fiscale. L’an dernier, Amazon dit avoir payé 420 millions d'euros d’impôts en France pour 5,5 milliards d’euros de chiffre d'affaires. On peut penser que ce n'est pas suffisant. Les conditions de travail de ses salariés sont aussi pointées du doigt : pendant le premier confinement, Amazon a dû fermer certains sites car les mesures sanitaires n’étaient pas assez respectées. 

Malgré sa réputation, Amazon continue de prospérer et compte d’ailleurs ne pas renoncer à son "black Friday", ce vendredi de soldes en ligne, fin novembre. Quitte à se faire encore des ennemis !  

Une manifestation anti Amazon a eu lieu jeudi 5 novembre à Colmar dans le Haut-Rhin. 
Une manifestation anti Amazon a eu lieu jeudi 5 novembre à Colmar dans le Haut-Rhin.  (VANESSA MEYER / MAXPPP)