Cet article date de plus de huit ans.

Bons résultats semestriels pour les entreprises hexagonales

C'est la saison des résultats semestriels pour les grandes entreprises et pour les grands noms du CAC 40. Ils sont plutôt bons. Est-ce enfin le signe de la reprise pour l'économie française ?
Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min
  (Bons résultats semestriels pour les entreprises hexagonales © Fotolia)

C'est vrai que les résultats qui ont été publiés ces derniers jours sont plutôt satisfaisants pour les grandes entreprises hexagonales et même très bons dans certains cas. Orange par exemple affiche des bénéfices en hausse de 89 %.

Renault a quasiment doublé ses profits, presque un milliard et demi d'euros de bénéfices sur les six premiers mois de l'année. Même PSA a renoué avec les bénéfices, aprés quatre ans dans le rouge.

En fait, les grandes entreprises profitent à plein de ce que les économistes appellent un "alignement des astres favorables". des taux d'intérêts bas qui soutiennent  le crédit  aux entreprises. Un pétrole plutôt bon marché et un euro faible par rapport au dollars qui rend les exportations moins chers. Les produits des entreprises sont donc plus compétitifs à l'international.

Si les grandes entreprises françaises vont bien. C'est une bonne nouvelle, cela devrait profiter à l'emploi ?

Malheureusement, c'est loin d'être aussi évident parce que si les entreprises du CAC 40  affichent de bons résultats, c'est surtout en raison de leur présence à l'étranger. Elles sont des acteurs mondiaux, dans leur secteur on parlait ici hier du très gros contrat décroché par Thales pour la rénovation du métro de Londres. Sauf que ces bonnes performances internationales créent peu ou pas d'emplois en France. 

Un autre exemple, PSA, on l'a dit, va mieux. Mais c'est au Maroc que le constructeur va implanter une nouvelle usine en 2019. Elle emploiera 4500 personnes, alors qu' en France les effectifs du groupe ont fondu : plus de 10.000 emplois supprimés en deux ans d'après les syndicats.

Pas de baisse du chomage à venir donc ?

En tout cas cela ne viendra pas des grands groupes. Ce sont pas eux qui maillent le tissu économique du pays mais bien les PME. Elles representent 99% des entreprises en France.

D'aprés une étude de la Banque publique d' investissements, qui vient d'être publié ce matin, les allégements de charges du pacte de reponsabilité commencent à porter leurs fruits dans les petites entreprises. Leurs marges se sont  redressées mais cela se fait lentement, constate la BPI et sans effet réel sur les embauches pour l' instant.

L' Insee fait à peu près le même constat et s'attend au mieux à une stabilisation du chômage d'ici la fin de l'année.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.