Cet article date de plus d'un an.

Van, fourgon, camping-car : comment faire le bon choix avant de partir à l'aventure ?

Budget, assurance, choix du véhicule, permis exigé : franceinfo vous dit tout pour bien choisir votre véhicule d'escapade.

Article rédigé par franceinfo, Jules de Kiss, Ersin Leibowitch
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Les vacances en van sont plébiscitées par de plus en plus de Français. (SIMON DAVAL - P?RIPLES & CIE / MAXPPP)

Le camping-car connaît un regain d'intérêt formidable depuis quelques années. Selon le Syndicat des véhicules de loisir, près de 31 000 vans, fourgons et autres camping-cars neufs se sont vendus en 2021 en France, contre 25 000 l’année précédente. Et si l’on rajoute les ventes d’occasion, on dépasse la barre des 100 000 transactions : il y a ces dernières années un engouement sans précédent pour ce type de véhicules. Mais ils restent très chers à l’achat et tout le monde n’a pas les moyens d’en acquérir. En parallèle, s’est donc développé un marché de la location entre particuliers capté par des plateformes spécialisées.

L'offre s'est donc adaptée : on peut maintenant louer des campings cars, des vans ou des fourgons. Et il y en a pour tous les goûts, tous les coûts et tous les états d’esprits. Force est de constater d’ailleurs que le célèbre combi Volkswagen a inspiré pas mal de constructeurs pour leurs vans qui d’ailleurs ne se louent pas toujours moins chers que les campings-cars.

Van, fourgon ou camping-car ?

Comment choisir le bon modèle ? Pourquoi choisir un fourgon aménagé plutôt qu'un van ou un camping-car ? Ou l'inverse ? Tout dépend du nombre de personnes que l’on veut embarquer, mais aussi du niveau d’équipement, et donc de confort et d’autonomie désirés. Le van est le plus petit des trois : il peut accueillir quatre personnes, pas plus, et fournit un niveau d’équipement assez limité. Le camping-car, dans sa version la plus classique, est à l’opposé. Plus spacieux et donc plus encombrant, il dispose d’un peu plus de couchages, jusqu’à sept, et il est bien mieux équipé : toilettes, douche, réfrigérateur, mini-cuisine. Le fourgon est le véhicule intermédiaire, similaire au van pour le nombre de passagers mais avec un peu plus d’équipements. Bien sûr, avec une douche et des toilettes, on bénéficie de plus de confort et d’autonomie mais il faut dans ce cas prendre en considération les contraintes que ce confort induit : trouver où faire le plein d’eau et où procéder à la vidange des eaux usées par exemple.

Jusqu’à 3,5 tonnes, ce qui correspond à la plupart des véhicules de cette catégorie, un permis B, c’est-à-dire un permis voiture, suffit. Mais ce serait une erreur de considérer les véhicules aménagés comme des voitures. Ils sont plus lourds, plus grands, plus larges et plus longs, surtout les camping-cars qui sont aussi plus hauts. Notamment les modèles avec capucine, la proéminence au-dessus de l’habitacle qui correspond à un couchage. Ceux qui conduisent ces modèles doivent être particulièrement attentifs à la signalisation qui indique des hauteurs limitées, ce qui n’est pas un réflexe évident quand on est habitué à la voiture. Autre contrainte, le parking car ces véhicules ne sont pas les bienvenus partout. Se garer, ça se programme ! Heureusement, il existe plusieurs applications pour smartphones qui répertorient les emplacements adaptés à ces véhicules.

Pour bien choisir, il faut s'asseoir au volant


Au-delà de ces contraintes physiques, il ne faut pas non plus perdre de vue que ces véhicules aménagés sont aussi de véritables mini-maisons qui impliquent beaucoup de questionnements : comment déplier les lits, changer la bouteille de gaz ou évacuer les eaux usées ? Pour celui qui veut en louer un, cela implique un briefing en règle, ce qui signifie prendre beaucoup de temps pour en faire le tour complet. Et ce, avant de s’assoir derrière le volant. Pour celles et ceux qui voudraient se lancer, ne pas hésiter à comparer les plateformes de location.

Quels sont les points de vigilance à avoir, comment bien choisir sa plate-forme et sa location ? Il y a d’abord les prix des locations. Et sans surprise, ce sont les propriétaires des véhicules qui décident, quelle que soit la plateforme. Ils décident aussi le plus souvent du prix des forfaits kilométriques. Il est d’ailleurs essentiel d’évaluer précisément le nombre de kilomètres que l’on projette de parcourir si l’on ne veut pas se retrouver avec une facture salée. Les plateformes reprennent la main sur les cautions et les franchises. La caution est général entre 2 000 euros et 2 500 euros. Elles se tiennent toutes aussi pour les franchises, entre 2 000 et 3 000 euros, ou pour les frais de services qui sont de l’ordre de 15%. C’est surtout au niveau du choix que ces plateformes se distinguent. Yescapa et Wikicampers par exemple sont les plus riches en annonces.

Attention à la franchise et à la caution

Neufs, ces véhicules coûtent entre 30 000 et 70 000 euros avec quelques vulnérabilités, par exemple s’il y a une capucine. Ce qui explique des franchises et cautions élevées. Mais il est quand même possible, sur deux plateformes, de les réduire considérablement. Sur Indie Campers, la caution peut être de 2 000 euros ou 500 euros en fonction de l’assurance souscrite. Idem chez Hapee, c’est 2 100 ou 750 euros. Et pour la franchise, c’est exactement la même chose ; elle peut aussi être réduite considérablement si l’on opte pour une assurance un peu plus élevée, de l’ordre de 15 à 20 euros en plus par jour. On peut ainsi faire baisser cette franchise de 2500 à 500 euros chez Yescapa, de 3000 à 400 euros chez Wikicampers et même de 2500 à 199 euros chez Indie Campers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.