franceinfo conso. Sites de rencontres, trop de déceptions selon l'enquête de "60 Millions de consommateurs"

écouter (5min)

Sites de rencontres : 25%, hommes et femmes confondus, du panel interrogé par le magazine "60 Millions de consommateurs", n'ont pas réussi à décrocher un rendez-vous. Adrian de San Isidoro, chef de rubrique équipement et loisirs à la rédaction du magazine a mené l'enquête. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
L'amour ne s'achète pas, c'est bien connu. Mais les sites de rencontres promettent souvent la rencontre idéale. (lllustration) (CAROL YEPES / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Les sites de rencontres, c’est l’info conso de ce jour en partenariat avec le magazine 60 millions de consommateurs.  Adrian de San Isidoro, journaliste de la rédaction, chef de rubrique équipement et loisirs, a enquêté ce mois-ci sur les différentes plateformes qui nous promettent la rencontre idéale, un numéro en ligne et en kiosque actuellement.

franceinfo : Un chiffre pour commencer : en 2020, un tiers des français étaient présents sur un site de rencontres, c’est l’effet confinement ?

On peut penser que oui : quand on ne peut pas se retrouver dehors, on drague en ligne. Après, il y a aussi les usages qui changent : de plus en plus de Français se rencontrent sur des sites dédiés chaque année. En 2006, ils n'étaient que 11% à y être inscrits selon l'Ifop ! 

Et on trouve autant d’hommes que de femmes sur les sites de rencontres ?

À peu près. Selon nos répondants, le ratio hommes-femmes est plutôt équivalent d'un site à l'autre.  

Alors vous avez interrogé un panel de 1000 personnes. Selon quels critères ?

Alors, via un sondage composé d'une trentaine de questions, on a cherché à connaître quels rapports les Français avec les sites de rencontres. Comment les utilisent-ils, et surtout, en sont-ils contents ?  

Et globalement les utilisateurs sont satisfaits ou pas ?

Et bien la réponse est plutôt non. Sur les sept sites testés, un seul obtient tout juste la moyenne. Ce qui est quand même décevant.  

Qu’est ce qu’ils critiquent le plus ?  

La difficulté à rencontrer des personnes dans la vraie vie. Environ 25% des sondés, hommes et femmes confondus, n'ont pas réussi à décrocher un rendez-vous.

Le problème c’est que souvent on peut passer des heures à consulter les annonces pour trouver le profil idéal, à l’arrivée c’est souvent la déception par rapport au temps passé …  

C'est vrai, la frustration peut être grande et d'ailleurs, les plateformes n'ont aucune obligation de résultat. Elles fournissent simplement les outils pour favoriser les rencontres, pas la garantie de décrocher un ou plusieurs rendez-vous.  

Ce qu’on remarque aussi c’est qu’il y a souvent une grande différence entre les critères choisis et les réponses apportées ?

Oui, il arrive que les outils de recherche multicritères manquent de précision, si j'puis dire. Certains utilisateurs s'étonnent par exemple d'être mis en relation avec des profils situés à l'autre bout de la France, alors qu'ils ont demandé à rencontrer des personnes de leur région.  

Certains critiquent le fait que le niveau d’étude ou que la profession exercée ne fassent pas partie des critères de choix, c’est pourtant ce que mettent en avant certains sites pour cibler les utilisateurs.

En général, les critères basiques comme l'âge ou la zone géographique sont systématiquement proposés. C'est moins le cas pour les critères un peu plus spécifiques comme le niveau d'étude, la profession exercée ou même la taille. 

Bien alors vous avez testé 7 sites de rencontres, lequel se détache ?

Adopteunmec, qui obtient la moyenne de justesse, se détache à peine de la concurrence. Dans la pratique adopteunmec et Tinder permettent de rencontrer, selon nos résultats le plus de personnes dans la vraie vie. Ce qui reste évidemment le critère le plus important.  

Mais ça coûte cher de s’inscrire sur un site de rencontres ?

En principe, l'inscription est gratuite. En revanche, les abonnements mensuels, qui donnent accès à la plupart des fonctionnalités (envoi illimité de mails par exemple), oscillent souvent entre 20, 30 et 40 euros.

On parle beaucoup des faux profils. Comment s’en apercevoir ?  Quand c’est trop beau pour être vrai il faut se méfier ?

Un discours trop lisse peut-être suspect. Mais surtout, si votre interlocuteur ou votre interlocutrice supposée commence à vous demander de l'argent, fuyez. Vous êtes sur un site de rencontres, pas sur une plateforme de dons. D'ailleurs, attention aux discours misérabilistes. 'Le fils qui n'a pas assez d'argent pour continuer ses études' ou 'La mère très malade' sont souvent de pures fictions pour vous apitoyer et attendrir votre porte-monnaie.

Quid de la sécurité ? Sur les sites de rencontres, on peut légitimement avoir peur de tomber sur une personne malveillante …il y a des contrôles ?

Alors de leur côté, les sites disent faire le nécessaire. En règle générale, les sites arrivent à plutôt bien modérer les photos, mais peinent à surveiller les échanges entre utilisateurs, tout simplement parce qu'ils sont trop nombreux. Du coup, de nombreux arnacoeurs, appelés aussi "brouteurs", échappent au radar des sites et continuent à sévir.  

De manière générale, est-ce que la plus grande déception ne vient pas du fait qu’il ne faut pas confondre la vraie vie aux relations virtuelles ?

A mon sens, la déception provient avant tout de ne pas réussir à rencontrer qui que ce soit. Prendre un abonnement à un site de drague n'est pas une garantie de trouver quelqu'un. L'amour ne s'achète pas.  

Quel conseil vous pourriez donner à ceux qui hésitent à s’inscrire sur un site de rencontre ?

Difficile de donner un conseil qui puisse servir à tout le monde. Mais, en résumé : si vous avez la peur bleue du premier pas, les sites de rencontres pourraient peut-être vous permettre de surmonter cette angoisse, quand même, très gênante. Si en revanche, vous n'êtes pas timide et que vous pouvez rencontrer de nouvelles personnes assez facilement dans la vraie vie, il n'est absolument pas nécessaire de s'inscrire sur un site de drague.     

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.