franceinfo conso, France info

franceinfo conso. Les soldes sur Internet, ça change quelque chose ? Attention aux réductions trompeuses

Les soldes ont démarré mercredi 20 janvier, et en raison de la crise sanitaire et du couvre-feu à 18h, les consommateurs préfèrent effectuer leurs achats sur Internet. Quels sont vos droits ? Le magazine "60 Millions de consommateurs" vous donne quelques précisions utiles. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La crise sanitaire modifie le comportement des consommateurs qui vont plus facilement sur Internet pour les soldes. Mais attention sur le web aux conditions d\'échange et de droit de rétractation. 
La crise sanitaire modifie le comportement des consommateurs qui vont plus facilement sur Internet pour les soldes. Mais attention sur le web aux conditions d'échange et de droit de rétractation.  (GETTY IMAGES / THE IMAGE BANK RF)

Période de soldes, c'est parti pour un mois, mais restons prudents ! Surtout en cette période de crise sanitaire où nous avons une préférence pour acheter sur le web. Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint du magazine 60 Millions de consommateurs nous alerte sur le meilleur et sur le pire de ces soldes sur Internet.

franceinfo : À cause de la crise sanitaire, les soldes commencent plus tard que d’habitude ?

Oui, en principe, les soldes d’hiver commencent début janvier. Donc 15 jours de retard par rapport aux dates habituelles. La décision a été prise à cause de la crise sanitaire. En revanche, pas de changement sur la durée, c’est quatre semaines, donc les soldes dureront jusqu’au 16 février, partout en France – à l’exception de quelques territoires d’outremer, comme La Réunion, qui ont des dates spécifiques.

Beaucoup de gens ont envie d’éviter la foule avec le Covid. Est-ce que ça va une nouvelle fois favoriser les achats en ligne ?

C’est probable, surtout avec le couvre-feu à 18h, partout en France métropolitaine, en vigueur depuis une semaine. On ne pourra pas faire les soldes en magasin après le travail, cette année. Une contrainte horaire non négligeable risque de concentrer l’affluence dans les magasins pendant leurs périodes d’ouverture plus restreintes. D’où l’attrait renforcé des achats sur le web.

Et pour le consommateur, les soldes sur le web, ça change quelque chose ?

L’achat en ligne présente un intérêt : la souplesse. En effet, qu’on soit en période normale ou en période de soldes, les sites de vente en ligne ont l’obligation d’offrir un droit de rétractation au client. Le droit de changer d’avis donc, c’est un avantage du web. Les magasins "physiques", eux, ne sont pas obligés de l’accorder au client, et ceux qui l’accordent en temps normal suspendent parfois cette possibilité pendant les soldes.

Concrètement, on a combien de temps pour changer d’avis et se rétracter ? Et il faut faire comment ?

On peut se rétracter pendant les 14 jours suivants l’achat – c’est la durée prévue par la loi, mais certains sites offrent une durée plus longue. Le plus souvent, un formulaire en ligne est à remplir. Il sert à prévenir le site, que vous avez décidé de vous rétracter. Rien ne vous oblige à en donner la raison. Ensuite, il faut retourner le produit : attention, le coût du renvoi peut rester à votre charge. Certains sites permettent un retour sans frais, mais ils n’en ont pas l’obligation. 

Et au niveau des prix, les meilleures affaires, c’est en magasin ou sur internet ?

Impossible de le dire de façon globale. Certains disent que c’est moins cher en ligne. Mais tout dépend des produits. Mieux vaut même redoubler de vigilance sur le web, où on voit se multiplier les annonces de réduction mirobolantes mais potentiellement illusoires : - 60%, - 70%, - 85%… C’est sans doute plus marqué sur le web qu’en magasin, parce que la communication pour attirer les internautes y est plus agressive. Le problème est que ces taux de réduction sont calculés sur le base du prix de référence du produit (ou prix barré), parfois artificiellement gonflé.

Mais c’est légal de gonfler les prix avant d’appliquer la réduction ?

Hélas, les poursuites sont compliquées. Le prix de référence, qui sert à calculer la réduction, est déterminé de façon assez libre par le commerçant, depuis l’assouplissement de la réglementation en 2015. Ce n’est pas forcément le prix qu’il pratiquait dans le mois précédent les soldes. Les autorités peuvent toujours sanctionner les abus, mais seulement au titre des pratiques commerciales déloyales. Ce qui laisse la porte ouverte à de nombreuses annonces de rabais improbables.

Ça veut dire que c’est compliqué de savoir si on fait vraiment des affaires ?

Le seul moyen pour le savoir, c’est de ne pas s’attarder sur le taux de réduction. La seule chose qui compte, c’est le prix payé (après application de réduction, donc). C’est ce prix qu’il faut potentiellement comparer avec ceux d’autres vendeurs.
Il n’est pas rare qu’un site affichant - 50% sur un produit, le vende en réalité plus cher qu’un autre site qui n’affiche "que" - 40%.

Depuis plusieurs semaines, on voit beaucoup de ventes privées avec des réductions de 30, 40 et même 50% de réduction, quand ce n’est pas plus. Est-ce que les soldes ont toujours un intérêt ?

La période de "ventes privées" que pratiquent certaines enseignes avant les soldes a été encore plus visible cette année – elle a duré plus longtemps à cause du report de début des soldes. Il est vrai que la multiplication des promotions en tous genres créent une grande confusion.
Donc il faut rappeler qu’il y a une spécificité aux soldes. C’est que c’est la seule période où les commerçants sont autorisés, légalement, à revendre à perte. Donc ils ont le droit de faire des plus gros rabais que pendant une simple période de promotion ou de ventes privées

Avec le confinement et le couvre-feu, les commerçants ont plus de stock que d’habitude et ils vont devoir écouler la marchandise, ca devrait servir le consommateur non ?

Oui, cela peut inciter les commerçants à appliquer très rapidement des réductions importantes, jusqu’à, potentiellement pour certains produits, les revendre à un tarif inférieur à celui où ils l’ont acheté – c’est la revente à perte dont on parlait à l’instant.

Parfois dans les bacs de soldes, on voit des produits des saisons passées, c’est légal ?

Oui, ça peut l’être. Pour l’expliquer, il faut revenir à la définition même des soldes : ce sont des ventes destinées à l’écoulement accéléré des marchandises en stock. C’est la définition de la loi. Donc si ce sont des vêtements des saisons passées que le commerçant vendait encore, oui, ils ont leur place dans les soldes. En revanche, le commerçant n’a pas le droit de s’approvisionner spécifiquement pour cette période.

On voit parfois des étiquettes "ni repris, ni échangé", c’est valable quel que soit le produit ? Même si un article ménager ne fonctionne pas par exemple ?

Non, le "ni repris, ni échangé", ça veut simplement dire que vous ne pouvez pas juste changer d’avis sans raison, on voit ce genre d’étiquette en magasin, car en ligne, on peut toujours se rétracter. Mais même en magasin, même en soldes, les commerçants doivent toujours appliquer la garantie légale. Donc, dans le cas d’un appareil tombé en panne trois mois après l’achat, le commerçant devra le reprendre pour le réparer ou le remplacer.

La crise sanitaire modifie le comportement des consommateurs qui vont plus facilement sur Internet pour les soldes. Mais attention sur le web aux conditions d\'échange et de droit de rétractation. 
La crise sanitaire modifie le comportement des consommateurs qui vont plus facilement sur Internet pour les soldes. Mais attention sur le web aux conditions d'échange et de droit de rétractation.  (GETTY IMAGES / THE IMAGE BANK RF)