franceinfo conso. Céréales et chocolats en poudre : la qualité nutritionnelle n’est pas toujours au rendez-vous

écouter (273min)

60 produits testés pour une enquête sur les céréales et les chocolats en poudre, "60 Millions de consommateurs" publie les résultats dans son numéro d'octobre.   

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Petit déjeuner, céréales et chocolat en poudre. Le magazine "60 Millions de consommateurs" publie son enquête.  (IRYNA MELNYK / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Juste avant midi, le weekend, vous êtes peut-être en plein brunch ou alors pour ceux qui ont un peu abusé de la grasse matinée, peut-être en plein petit-dej. Et c'est de ce repas-là, le premier de la journée, dont il est aujourd'hui question dans franceinfo conso, avec Patricia Chairopoulos, journaliste au magazine 60 Millions de consommateurs. Dans son numéro d'octobre, le magazine publie une enquête et une batterie de tests sur les céréales en tous genres et les chocolats en poudre. 

franceinfo : Pourquoi le petit déjeuner est-il un repas si important ?

Patricia Chairopoulous : Il casse le jeûne nocturne, il faut cette recharge matinale en énergie et en sucre. Importante surtout pour les jeunes enfants, et les adolescents moins pour les adultes. Cette recharge matinale en énergie et en sucre est très importante pour les enfants et les adolescents qui sont en pleine croissance ; idéalement, ce repas doit comporter des céréales de qualité, un produit laitier et des fruits de préférence entiers. En revanche, chez les adultes actifs, le petit déjeuner n’est pas indispensable, surtout si l’on n’a pas faim au saut du lit.  

Donc pas trop copieux, mais assez tout de même pour tenir jusqu'au déjeuner sans grignoter ?  

Exactement. Se contenter d’une mince tartine de pain et un peu de confiture, trempée dans un café ou un thé, permet difficilement de tenir jusqu’au repas de midi. De plus, cela perturbe la glycémie qui chute en milieu de matinée… C’est le fameux creux de 11 heures qui incite à grignoter, et qui plus est des aliments sucrés. 

On comprend bien qu'il ne faut pas trop de gras et surtout pas trop de sucre. Vous testez en tout 60 références de céréales et de chocolat en poudre. Quel est le verdict global ?  

La qualité nutritionnelle n’est pas toujours au rendez-vous, loin s’en faut. Les céréales industrielles, surtout celles au chocolat, sont bien trop sucrées. On peut en dire autant de la plupart des chocolats en poudre. En revanche, ces produits de petit déjeuner ont l’avantage de ne pas abuser des matières grasses, au moins un bon point… 

Sur les céréales vous distinguez les céréales au chocolat de celles au miel et aux fruits… Mais dans chacune de ces 3 catégories il y a des bons et des mauvais élèves. On ne peut pas faire de généralité…  

Oui, et heureusement ! Cela étant, la famille des céréales au chocolat ne comporte pas de très "bons élèves", la meilleure des références étant notée seulement 14,5/20 versus 18,5/20 pour les meilleures céréales aux fruits et16,5/20 pour celles nature.

Le gros point noir est le sucre, notamment pour les céréales au chocolat qui contiennent en moyenne de 12,3 grammes/portion de 50 grammes de céréales : c’est beaucoup trop, sachant que cela représente un quart des apports recommandés (50 g/jour selon l’OMS). Du côté des céréales nature ou au mile, c’est un mieux mais on trouve aussi quelques références qui plafonnent à 18,5 g de sucres/portion comme les Frosties de Kellog’s.  

Côté fibres, les céréales aux fruits l’emportent, de même d’ailleurs qu’elles sont globalement moins sucrées que les autres. Mais dans chacune des trois familles, on trouve des produits qui apportent plus de 3g/portion de 50 gr de céréales, donc "riches en fibres". 

De même, un certain nombre de produits ne contiennent pas d’additifs, en particulier les céréales nature aux pétales de maïs. A l’inverse, certaines marques de céréales au chocolat et parmi les plus connues, en abusent : jusqu’à six additifs dans des céréales fourrées au chocolat au lait..  

Il est quand même possible d'allier plaisir et santé, il y a des produits qui apportent les deux selon votre panel ?  

Oui, surtout avec les céréales aux fruits qui ont, pour certaines, presque tout bon en composition et en nutrition et qui peuvent régaler les adultes surtout. Pour les enfants, qui raffolent des céréales au chocolat, quelques références sont acceptables même s’il ne vaut mieux pas en manger tous les jours au vu des quantités de sucre.  Les amateurs de corn flakes, ou pétales de maïs, peuvent trouver des produits très corrects.  Mais attention au sel dans certaines références de cette famille ! 

Cela fait des années voire des décennies qu'on dit que les céréales du petit dej pour enfants sont trop sucrées... Y a-t-il eu du progrès ?  

De petits progrès, car il n’y a pas de règlementation sur ce point et les engagements des industriels restent très modérés. On peut citer Kellogg qui, d’ici fin 2022, supprimera en Europe au moins 10% de sucres et 20% de sel des céréales destinées aux enfants. La marque s’engage à que toutes ses marques de céréales pour enfants bénéficient en France du Nutri-Score A ou B d’ici fin 2022.  C’est un minium, et comme nous l’avons constaté dans notre essai, plusieurs des produits Kellog’s sont très mal placés sur le niveau des sucres.  

Et pour les chocolats en poudre alors.. où en sommes-nous ?  

D’abord, la dénomination "poudre chocolatée" recouvre un large éventail de teneurs en cacao, avec 100 % pour les trois références de cacao pur en poudre (Van Houten, Jolivia, Naturela) de notre essai. Pour les autres, ces teneurs s’étalent entre 32% et 13% qui concerne Ovomaltine. D’autres marques emblématiques comme Banania et Nesquik ne sont pas beaucoup mieux.  

Sinon, comme les céréales, ces produits sont trop sucrés ! Malgré les engagements de certaines marques comme Nestlé, les teneurs en sucres restent très importantes. Ainsi, un bol de 200 ml apporte en moyenne 20 grammes de sucres : cela représente 40 % des apports recommandés. Certaines références comme Cora, Nestlé, Nature bio, Carrefour bio et Ethiquable dépassent même les 23 grammes de sucres par bol. Elles ont toutefois l’avantage d’être ni grasses ni salées…  

Dans vos résultats on voit que pour des cacaos en poudre non sucré vous mettez quand même une mauvaise note pour le sucre ? Comment l'expliquer ? Il y a quand même du sucre dans les produits dits non sucrés ?  

Nous avons étudié les poudres mélangées à du lait, puisque l’on ne les consomme pas telles quelles. Du coup, c’est le sucre du lait, c’est-à-dire le lactose qui est un sucre simple, mais bien moins problématique que le glucose ou le fructose présent dans les aliments sucrés.  

Globalement vous jugez que la composition de ces produits du petit déjeuner surtout pour les enfants est correcte. C'est pas si mal !  

Nos analyses montrent en effet que certains produits s’en sortent bien, étant sans additifs, pas salés ni gras et pas trop chargés en sucres. D’ailleurs, plusieurs références de céréales comme de poudres chocolatées ont un Nutri-Score de A ou B. Mais l’idéal est de varier les petits déjeuners, un jour des céréales aux fruits ou au chocolat, un autre un bol de chocolat au lait avec une tartine de pain complet par exemple.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.