Comment m'y prendre si je veux revendre certains livres ?

écouter (5min)

Le marché du livre d’occasion en ligne s’est beaucoup développé ces dernières années. Encore faut-il bien sélectionner ce que l'on veut vendre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Le marché du livre d’occasion en ligne s’est beaucoup développé ces dernières années. 4 à 5 millions d’ouvrages sont disponibles à la vente sur les quatre plateformes que le magazine 60 millions de consommateurs a testé. 

franceinfo : Pouvez nous expliquer le principe ?


Hervé Cabibbo : il faut commencer par faire l’inventaire de ce que vous voulez vendre. Ensuite, téléchargez l’application de la plateforme que vous aurez choisie, puisque toutes fonctionnent avec une application mobile. Enfin, scannez le code-barres situé au dos de chaque ouvrage pour avoir instantanément une offre de reprise. Vous pouvez refuser les propositions si elles sont de l’ordre de quelques centimes et que vous estimez que ce n’est pas assez. Ou alors les accepter par exemple pour deux, trois ou cinq euros par livre. Dans ce cas, les ouvrages sont mis dans un panier de vente virtuel.

En scannant tous les livres que vous souhaitez vendre, si vous arrivez à une somme de 10 ou 12 euros (tout dépend des plateformes), vous pouvez valider votre panier et envoyer votre colis. Vous n’aurez plus qu’à attendre votre règlement (puisque vous aurez renseigné votre RIB au préalable).

Quelles sont les conditions de reprise ?

Ces plateformes tirent leurs plus-values des livres qu’elles ont achetés et qu’elles revendent. Et elles considèrent qu’un ouvrage déchiré ou griffonné, n’est pas vendable, même si c’est de l’occasion. Bien sûr, comme l’inventaire se fait via les codes-barres, et que cela ne renseigne pas sur leur état, ce sont les employés de la plateforme qui jugent sur pièces à l’arrivée du colis. Si un livre est en mauvais état, non seulement il ne vous sera pas payé, mais vous devrez en plus payer le port si vous souhaitez le récupérer. À moins que vous choisissiez de l’abandonner à la plateforme qui l’enverra au recyclage.

Le 'shipping', l'envoi des colis, est-il compliqué ?

Pour trois des plateformes que nous avons testées, Momox, Recyclivre et Ammareal, c’est très simple et entièrement gratuit. Une fois que le panier de vente est validé, une étiquette prépayée est automatiquement envoyée par mail au vendeur. Ce dernier doit l’imprimer, la coller sur le colis puis déposer ce dernier chez Mondial Relay ou à La Poste. Pour l’enseigne Gibert, c’est assez différent puisque l’envoi est payant : c’est 15% du montant total de la reprise si le colis est remis à Mondial Relay, 30% si c’est la Poste. On pourra aussi déposer son colis dans un point de collecte Gibert (il y a une trentaine de magasins en France), et dans ce cas, c’est gratuit. 

Quels sont les tarifs de reprise ?

Un livre acheté 10 ou 15 euros peut être repris 15 centimes... Beaucoup de livres sont en effet repris 15 centimes d’euros. Les livres de poche mais aussi tous les livres assez anciens, ceux qui prennent la poussière depuis des années dans la bibliothèque. Si l’on veut faire de la place, pourquoi pas, à condition d’arriver au seuil de 10 euros puisque c’est le minimum de reprise, mais on ne fera pas l’affaire du siècle, c’est certain !  

En revanche, certains livres gardent une cote plus élevée que d'autres et ils sont donc plus intéressants à la revente. Les prix littéraires, Goncourt, Renaudot et autres Femina, même anciens et surtout en période de remise des prix littéraires. Les grands classiques de la BD, Tintin, Astérix, Blake et Mortimer sont des valeurs sûres tout comme les romans graphiques.

Quels livres ont des chances d'être repris ?

En général, tout ce qui ne sort pas en livre de poche garde une cote un peu plus élevée.   Globalement, grâce à ces systèmes, une personne qui lit beaucoup peut financer ses prochains achats en revendant les livres qu'elle a déjà lus... Si cette personne suit l’actualité littéraire, qu’elle achète beaucoup de livres chaque mois et qu’elle les dévore aussitôt et que, de surcroit, elle ne voit pas l’intérêt de les stocker, alors oui, elle peut les revendre à 30 ou 40% du prix du neuf.

Ce qui permet de financer une partie de ses prochains achats. Et c’est là tout l’intérêt de ces plateformes. Elles reprendront cher des livres qui font encore l’actualité parce que la demande est forte côté acheteurs. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.