Cet article date de plus d'un an.

Présidentielle 2022 : que proposent les candidats en matière de lutte contre le réchauffement climatique ?

Cette semaine, "Le Choix de franceinfo" devient "Faites votre choix" afin de vous éclairer sur les différents programmes des candidats à la présidentielle.

Article rédigé par France Info - Margaux Queffelec
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
De la fumée s'éleve des cheminées de la centrale nucléaire du Bugey, le 25 janvier 2022, à Saint-Vulbas. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Une semaine avant le 1er tour de la présidentielle, franceinfo vous aide à y voir plus clair tous les matins sur les programmes des candidats et candidates à l'élection présidentielle. Vous retrouverez les cinq thèmes sélectionnés en longueur dans le podcast d'actualité de franceinfo Le Quart d'Heure, en ligne sur l’application radio France et toutes les plateformes.


Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a publié, lundi 4 avril, le troisième et dernier volet de son sixième rapport sur le changement climatique. Les scientifiques ont évalué comment réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cette lutte contre la crise climatique est l'un des enjeux de cette campagne présidentielle, franceinfo fait le point sur les propositions des candidats. 

>> Présidentielle 2022 : que proposent les candidats en matière de santé ?


Le constat est un peu décourageant car aucun des programmes des 12 candidats ne remplit totalement les objectifs de l'accord de Paris de 2015, selon l’étude publiée par l'ONG Les Shifters en collaboration avec franceinfo. Précisons tout de même que selon cette étude, il y a de meilleurs élèves que d'autres, avec en tête Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. 

L'enjeu crucial de l'énergie nucléaire

Si les candidats ne comptent pas respecter complètement l'accord de Paris, tous ont quand même des propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Notamment sur la manière de produire notre énergie. À droite, Valérie Pécresse, Éric Zemmour, Jean Lassalle ou encore Nicolas Dupont-Aignan ont la solution pour produire de l'énergie décarbonée : le nucléaire. "Contre le réchauffement climatique, la principale mesure, c’est le nucléaire parce que c’est l”énergie la moins émettrice de CO2", avance notamment le candidat de Reconquête!. "Je suis pour [le nucléaire] parce je ne vois pas comment on pourrait se débrouiller aujourd’hui", développe le député du Béarn. "Nous n’atteindrons pas le zéro carbone en 2050 sans un plan de relance du nucléaire qui lui donne un avenir", argumente la candidate du parti Les Républicains.

Parmi les "pro" nucléaire, il y a aussi Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui veut poursuivre la construction de centrales nucléaires nouvelle génération. Mais aussi Fabien Roussel du Parti communiste français, qui veut créer de nouvelles centrales. 

Les "anti" nucléaire, en revanche, on les trouve tous à gauche. Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Anne Hidalgo et Philippe Poutou qui par exemple propose son arrêt d'ici dix ans à cause de la dangerosité de cette technologie. Reste le cas de Nathalie Arthaud de Lutte ouvrière, qui ne se prononce pas franchement sur le sujet. 

Ceux qui veulent se débarrasser du nucléaire misent tout sur le renouvelable. Yannick Jadot promet 340 km² de panneaux solaires d'ici la fin de son mandat. Le candidat écologiste qui, comme Jean-Luc Mélenchon, veut développer aussi les projets d'éoliens off-shore, c'est-à-dire dans la mer. Des éoliennes qui sont la bête noire des candidats de droite et d'extrême droite. Marine Le Pen et Éric Zemmour veulent tout simplement les supprimer. 

Une réduction des émissions de gaz à effet de serre par le transport et le logement

Tous les candidats sont d’accord pour que les voitures thermiques, c’est-à-dire à essence ou diesel, disparaissent. C’est normal puisque l’Union européenne va de toute façon interdire leur vente à partir de 2035. À noter aussi que les candidats à la présidentielle veulent nous faire prendre le train mais de façon plus ou moins contraignante. Anne Hidalgo par exemple veut doubler d’ici à 2030 le nombre de petites lignes. 

Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon vont plus loin avec l’interdiction des vols intérieurs quand il y a possibilité de faire les mêmes trajets en train en moins de quatre heures. Emmanuel Macron, en revanche, veut investir pour que la France produise le premier avion bas carbone. Lutter contre la crise climatique passe aussi par l'isolation des logements. Il est nécessaire d'éviter les "passoires thermiques" qui consomment beaucoup d’énergie. Pratiquement tous les candidats proposent donc de grands plans de rénovation.

Des oppositions sur le financement 

Sur le financement, on retrouve de vrais désaccords entre les partis. Les candidats de la gauche veulent financer la transition écologique avec des taxes. Par exemple, Jean-Luc Mélenchon qui débloque 200 milliards d’euros grâce notamment au rétablissement de l'impôt sur la fortune et aussi en taxant aussi les entreprises les plus polluantes.

On retrouve à peu près la même méthode pour Anne Hidalgo et Yannick Jadot.  À droite, Valérie Pécresse veut utiliser l’épargne des Français en transformant le livret A en livret vert. À la clef, 120 milliards pour investir dans des projets écologiques selon la candidate. Éric Zemmour reste flou sur son chiffrage autour de l'écologie. 

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.