Le brief politique, France info

Vaccination contre le Covid-19 : le ministère du Travail prêt à associer les entreprises

Faire appel aux entreprises pour accélérer la vaccination contre le Covid-19, l’idée fait son chemin au sein du gouvernement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une vaccination (illustration).
Une vaccination (illustration). (AGNES GAUDIN / PHOTOPQR/LA MONTAGNE/ MAXPPP)

C’est une demande des entreprises elles-mêmes, celles qui ont déjà l’habitude d’organiser chaque année la campagne contre la grippe saisonnière. Donc plutôt des grandes boîtes, qui se proposent de prendre en charge, à leurs frais donc, la vaccination contre le Covid-19 de leurs salariés. Leur message a été transmis par le Medef au gouvernement. Et cette piste - la vaccination en entreprise - est actuellement sur la table, en discussion entre le Ministère du Travail et celui de la Santé. “La Haute Autorité de Santé a accueilli l’idée avec bienveillance”, nous dit-on.

Dépassionner le débat

Le ministère du Travail rappelle que “les entreprises sont partie intégrante de la stratégie nationale de lutte contre l’épidémie”, et qu’elles peuvent depuis peu proposer aux employés des tests du Covid-19, sur la base du volontariat, et encadrés par la médecine du travail.

Les retours sont bons” à en croire un membre de l’exécutif qui cite l’exemple de l’usine Safran, au Havre, où un dépistage massif a été organisé avant Noël. “Des gens méfiants au départ ont suivi leurs collègues et sont allés se faire tester”, selon un ministre, signe pour lui que “cela fonctionne mieux quand le sujet devient dépassionné, apolitique.” 

Deux poids, deux mesures

Pour autant, le gouvernement travaille encore à lever un certain nombre de difficultés. D’abord, comment ne pas donner le sentiment de faire une fleur aux grandes entreprises, qui savent déjà organiser ce type de campagne ? Au détriment des TPE et PME, voire des commerçants, artisans, indépendants ? “L'offre de soin doit être la même quel que soit le type d’entreprise”, me dit-on.

Deuxième point de vigilance : déminer l’inéluctable débat à venir sur le fait que les patrons auront ou non la liste des personnes vaccinées. Ce n’est pas le cas aujourd’hui avec la grippe saisonnière, mais c’est un point à anticiper pour le ministère du Travail.

Troisième écueil : ne pas se mettre les soignants à dos. Médecins de ville, infirmiers libéraux, pharmaciens... Tous ceux qui demandent à être davantage associés. Un fin connaisseur du dossier note une réticence culturelle aussi de la Santé à “accepter des process plus opérationnels, qui réinterrogent leurs dispositifs sanitaires.” 

De toute façon, la vaccination en entreprise ne verra pas le jour avant avant la deuxième phase de la vaccination. Celle qui concernera les publics fragiles, présentant des comorbidités, et qui reposera sur des vaccins moins compliqués à gérer d’un point de vue logistique.

Une vaccination (illustration).
Une vaccination (illustration). (AGNES GAUDIN / PHOTOPQR/LA MONTAGNE/ MAXPPP)