Le brief politique, France info

Matignon sur le point d'enterrer la règle pour les ministres candidats aux municipales

Le Premier ministre serait plutôt favorable à un examen au cas par cas, pour gérer les situations des ministres candidats aux élections municipales.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Gérald Darmanin et Édouard Philippe à Paris, le 1er février 2018.
Gérald Darmanin et Édouard Philippe à Paris, le 1er février 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Peut-on être candidat aux élections municipales et en même temps ministre ? Rien, dans la loi, ne l'interdit a priori. Ce qui est impossible, selon la Constitution, c'est d'être à la fois ministre et parlementaire. Mais c'était jusque là un principe non écrit dans le gouvernement d'Édouard Philippe : un ministre ne peut rester en place s’il est tête de liste dans une élection et doit sortir du gouvernement pour faire campagne.

Cas par cas

Finalement, le Premier ministre serait plutôt favorable à un examen au cas par cas et non à une règle qui s'applique à tous. Un élu proche d'Édouard Philippe estime qu’il n’y a pas besoin de règle puisque, d’après lui, aucun ministre ne veut être tête de liste des municipales. Sauf qu’il y a plusieurs cas où ce n’est pas encore sûr : Sébastien Lecornu à Vernon, Didier Guillaume à Biarritz et surtout Gérald Darmanin à Tourcoing.

Pour eux, selon un membre de cabinet ministériel, ça se réglera en fonction de la taille de la ville et du périmètre du ministère : "Si la ville est petite et que le ministre n’est pas mobilisé 24 heures sur 24, ça passe". Sébastien Lecornu pourrait donc être maire de Vernon et ministre des collectivités territoriales. Le problème, c’est Tourcoing, une ville de près de 100 000 habitants, et là c’est la personnalité du ministre qui entre en ligne de compte. D’après cette source, Gérald Darmanin pourrait négocier un cumul.

En mars, Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi avait dû quitter le gouvernement pour briguer l'investiture LREM pour les municipales de 2020 à Paris. Et en septembre 2018, Gérard Collomb avait pris les devants, préférant une candidature à Lyon à son poste de ministre de l'Intérieur. 

Gérald Darmanin et Édouard Philippe à Paris, le 1er février 2018.
Gérald Darmanin et Édouard Philippe à Paris, le 1er février 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)