Le brief politique , France info

Le brief politique. Une trentaine d’ambassadeurs pour défendre la réforme des retraites

Le "Monsieur Retraite" du gouvernement, Jean-Paul Delevoye, les a choisis pour faire la promotion de son projet de réforme sur le terrain dans leur circonscription, mais aussi dans les médias.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Paul Delevoye, le 14 mai 2017, à l\'Elysée.
Jean-Paul Delevoye, le 14 mai 2017, à l'Elysée. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Pour lancer sa réforme des retraites, la majorité a nommé une trentaine d’ambassadeurs pour défendre son projet. Ce sont des ambassadeurs un peu spéciaux, des députés de la majorité nommés par le "Monsieur Retraite" d’Emmanuel Macron, Jean-Paul Delevoye. Il les a choisis pour faire la promotion de son projet de réforme sur le terrain, dans leur circonscription, mais aussi dans les médias. Jean-Paul Delevoye sait bien que ce ne sera pas une partie de plaisir : le haut-commissaire à la Réforme des retraites va donc les former et les alimenter régulièrement avec des chiffres pour qu’ils aient des arguments.

Jean-Paul Delevoye veut aussi amadouer les parlementaires et va rencontrer les responsables des différents groupes, au Sénat et à l’Assemblée. Cela commence mardi avec la présidente de la commission des Affaires sociales, la marcheuse Brigitte Bourguignon. Fin novembre se tiendra par ailleurs un colloque sur les retraites à l’Assemblée.

La note du brief

Il est maintenant indispensable de parler espagnol pour interviewer Manuel Valls, l’ancien Premier ministre veut tellement se présenter à la mairie de Barcelone qu’il ne tweete quasiment plus qu’en espagnol et en catalan, sa langue d’origine. Alors on lui met un 20/20 en langues étrangères et un petit 5/20 pour son investissement à l’Assemblée en France comme député apparenté à LREM. Mais Manuel Valls démissionnera de son poste si jamais il est élu maire de Barcelone : il doit décider dans les jours qui viennent s’il se présente ou pas.

Jean-Paul Delevoye, le 14 mai 2017, à l\'Elysée.
Jean-Paul Delevoye, le 14 mai 2017, à l'Elysée. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)