Le brief politique , France info

Le brief politique. Pour le premier anniversaire d’Emmanuel Macron au pouvoir, Edouard Philippe s’exprimera dans la presse régionale

Si Edouard Philippe sera l’invité exceptionnel du 19/20 de France 3 jeudi, il répondra aussi à une longue interview au quotidien Paris Normandie.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Premier ministre (à gauche) et Christophe Castaner, à l\'Assemblée nationale le 15 mai 2018.
Le Premier ministre (à gauche) et Christophe Castaner, à l'Assemblée nationale le 15 mai 2018. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Pour marquer le premier anniversaire d’Emmanuel Macron au pouvoir, le Premier ministre a choisi de s’exprimer dans la presse régionale : Edouard Philippe sera l’invité exceptionnel du 19/20 de France 3 jeudi 17 mai, mais répondra aussi à une longue interview au quotidien Paris Normandie. L’homme était bien maire du Havre mais s’il choisit des médias lus et regardés en région, ce n’est pas anodin : "Nous devons faire des efforts de communication pour casser cette image de président des villes", assure l’un de ses conseillers.

Edouard Philippe insistera sur les mesures en faveurs des plus démunis, et insister aussi sur le nombre de morts évités avec la mise en place cet été des 80km/h sur les routes secondaires, une mesure qui passe toujours très mal. Edouard Philippe sera par ailleurs à nouveau en région en fin de semaine : d’abord à Strasbourg, où il retourne à l’ENA pour un discours sur la transformation de l’Etat et sur les politiques publiques, avant Nancy pour une séquence "économie".

La note du brief

La note du jour est un coup de gueule du jour. Il est attribué à Marlène Schiappa. Mardi, à l’Assemblée nationale, la secrétaire d’Etat défendait un article controversé de son projet de loi contre les violences sexuelles. "Vous envoyez un message qui est faux aux agresseurs. Vous dites aux agresseurs qu’ils seront moins punis alors que le sens de ce projet de loi est de punir toutes les violences sexuelles, en allongeant les délais de prescription, en faisant du viol un viol, en le condamnant comme tel. Non, c’est un sujet important, je ne vais pas me calmer pour évoquer ce sujet et pour répondre aux mensonges qui sont faits autour de ce projet de loi !" L’article controversé a été voté dans la soirée.

Le Premier ministre (à gauche) et Christophe Castaner, à l\'Assemblée nationale le 15 mai 2018.
Le Premier ministre (à gauche) et Christophe Castaner, à l'Assemblée nationale le 15 mai 2018. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)