Cet article date de plus de quatre ans.

Le brief politique. Le couple Chirac aura son avenue en Corrèze

écouter (4min)

Le conseil municipal de Brive a voté jeudi soir une délibération pour renommer son avenue la plus fréquentée. Elle portera le nom d’avenue Jacques et Bernadette Chirac.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (JACKY NAEGELEN / POOL)

 C’est une première en France : jeudi soir, à Brive, en Corrèze, le conseil municipal a voté une délibération pour rebaptiser son avenue JF Kennedy, la plus fréquentée de la ville, en "avenue Jacques et Bernadette Chirac". Le couple a donné son accord au maire, Frédéric Soulier. "C’est symbolique, se réjouit l’édile. Nous avons une vraie passion pour les Chirac, un véritable amour pour eux, pour ce qu’ils ont fait, ce qu’ils sont, à la fois pour le pays, le département et notre ville. Et puis c’est aussi un acte politique au sens noble du mot."

À suivre aujourd’hui

Le président de la République est attendu en fin de matinée aux 24h du bâtiment, à Paris, au Palais des congrès. Le Premier ministre, lui, est attendu à Nantes pour la convention nationale de l'assemblée des communautés de France, à la Cité du congrès. Edouard Philippe se rendra ensuite au palais de justice pour présenter les "chantiers de la justice". Il sera accompagné de Nicolas Belloubet, la garde des Sceaux.

La note du brief

15/20 pour Christiane Taubira, l'ancienne garde des Sceaux, et sa colère saine de jeudi soir : interrogée par complément d'enquête sur France 2 dans un reportage sur le racisme en politique et plus particulièrement sur les noirs de France, Christiane Taubira a interrompu un entretien après que les journalistes ont décidé de lui remontrer les images ou une candidate frontiste aux municipales l'avait comparé à un singe. À cet égard, l'ancien poète écrivain académicien et premier président de la République du Sénégal, Leopold Sedar Senghor disait des racistes que ce sont des gens qui se trompent de colère...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.