Le brief politique, France info

Le brief politique. Emmanuel Macron va suivre le match Uruguay-France avec 300 jeunes footballeurs

Avant que les Bleus ne disputent leur quart de finale de Coupe du monde contre l'Uruguay, la classe politique est unanimement derrière son équipe nationale. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Emmanuel Macron à Clairefontaine, le 5 juin 2018, avant le début de la Coupe du monde en Russie. 
Emmanuel Macron à Clairefontaine, le 5 juin 2018, avant le début de la Coupe du monde en Russie.  (FRANCK FIFE / AFP)

C'est le miracle du sport. Seul domaine, où l'opposition et la majorité arrivent à se mettre d'accord à l'Assemblée nationale. Tous s'accordent sur la capacité des Bleus à atteindre les demi-finales de la Coupe du monde. "Je crois très fort à cette équipe", explique Olivier Faure, député socialiste et premier secrétaire du PS. "Je crois vraiment qu'on a une équipe de France qui peut gagner", rajoute Alexis Corbière, député de la France insoumise. En cas de victoire des Bleus, Emmanuel Macron se rendra en Russie pour le prochain match, comme il l'avait annoncé. En attendant, le président de la République va suivre la rencontre dans la salle des fêtes à l'Élysée,  en compagnie de 300 jeunes footballeurs des clubs de Roissy-en-Brie, Bondy, Vincennes ou Suresnes, où plusieurs joueurs français ont été formés.

La note du brief

Zéro pointé et carton rouge de Sophie Montel à Florian Philippot. L'eurodéputé  claque la porte des Patriotes, la formation politique créé par l'ancien numéro deux du front national. Sophie Montel, longtemps adhérente du FN, l'avait rejoint dans cette aventure, elle tacle aujourd'hui la divine solitude de Florian Philippot sur fond de lutte interne pour une place sur la liste aux européennes. Sophie Montel s'était largement désinvestie ces derniers temps a réagi de son côté le parti Les Patriotes dans un communiqué, que certains, perfides, suggèrent de rebaptiser après cette vaguelette de départ : le patriote. 

Emmanuel Macron à Clairefontaine, le 5 juin 2018, avant le début de la Coupe du monde en Russie. 
Emmanuel Macron à Clairefontaine, le 5 juin 2018, avant le début de la Coupe du monde en Russie.  (FRANCK FIFE / AFP)