Le brief politique, France info

Le brief politique. Emmanuel Macron se méfie des ambitions de Benjamin Griveaux

Pressenti pour remplacer Christophe Castaner au gouvernement, Benjamin Griveaux suscite cependant la méfiance d’Emmanuel Macron.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances n’aura finalement pas le poste, récupéré par Christophe Castaner.
Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances n’aura finalement pas le poste, récupéré par Christophe Castaner. (ERIC PIERMONT / AFP)

Alors qu’Emmanuel Macron a choisi Christophe Castaner pour diriger La République en marche, le nom de Benjamin Griveaux circule pour remplacer ce dernier au gouvernement. Le secrétaire d’Etat était lui aussi sur les rangs pour diriger le parti mais Emmanuel Macron se méfie de lui.  

Le président de la République a ainsi hésité un moment entre Christophe Castaner et Benjamin Griveaux  : lui aussi est un fidèle de la première heure, lui aussi a une expérience d’élu de terrain, lui aussi est un ancien socialiste. Le problème de Benjamin Griveaux est qu’il a de l’ambition : l’homme vise la mairie de Paris et cela se voit un peu trop. "Quand on est aux côtés d’Emmanuel Macron, on sert Emmanuel Macron, point barre !", résume un proche.

La note du brief

Un 18/20 pour l’esprit taquin du Républicain Julien Aubert qui proposait à ses camarades d’appeler les "constructifs" des "travailleurs détachés". 18/20 aussi pour les capacités de contorsionniste de Jean-Francois Copé qui a proposé de les déclarer "démissionnaires d’office" pour ne pas prononcer le mot exclusion.

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances n’aura finalement pas le poste, récupéré par Christophe Castaner.
Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances n’aura finalement pas le poste, récupéré par Christophe Castaner. (ERIC PIERMONT / AFP)