Cet article date de plus de trois ans.

Le brief politique. Deux nominations chez les Jeunes Républicains sont jugées "incompréhensibles" par les militants

écouter (3min)

Laurent Wauquiez a nommé deux nouveaux responsables à la tête du mouvement Les Jeunes Républicains, mardi, mais ils sont un peu trop expérimentés et un peu trop vieux selon certains militants.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Laurence Arribagé lorsqu'elle était députée Les Républicains de Haute-Garonne, le 13 juillet 2016. (AFP)

Deux nouveaux responsables à la tête des Jeunes Républicains ont été nommés, mardi 13 mars, par Laurent Wauquiez. Certains militants les trouvent toutefois un peu trop expérimentés et un peu trop vieux pour.

Laurence Arribagé a 47 ans. Elle est la patronne de la fédération de la Haute-Garonne et adjointe au maire de Toulouse. Alexandre Vincendet a 34 ans, mais il fait de la politique depuis des années. Il est le maire de Rillieux-la-Pape, dans l'agglomération lyonnaise (Rhône). Ils n'ont pas vraiment le profil de deux jeunes militants et c’est ça que leur reprochent certains dans le mouvement Les Jeunes Républicains.

L’ancien secrétaire général a relayé les réactions des jeunes dans les fédérations comme : "C’est incompréhensible", "le parti ne nous respecte pas" ou "on en a marre". Ces jeunes Républicains espéraient quelqu’un qui leur ressemble pour les diriger. Pour eux, c’est une évidence : Laurent Wauquiez a voulu verrouiller leur mouvement. La preuve ? Alexandre Vincendet, l’un de ces deux responsables nommés mardi, fait partie de la garde rapprochée du patron.

La note du brief

Un 2/20 pour le service courrier de Matignon, qui a inventé un "ministère de la Corse". Jean-Guy Talamoni a reçu une longue lettre du Premier ministre qui lui demande de participer à une consultation des citoyens sur l’Europe. Jusque-là, tout va bien. Ça se gâte quand il écrit au président de l’Assemblée de Corse : "Il est aussi attendu que vous mobilisiez les partenaires de votre ministère." Dans le même courrier, ce concept est répété trois lignes plus loin : "Je pense aux opérateurs de votre périmètre ministériel." Cette lettre est signée Edouard Philippe. Cela a bien fait marrer Jean-Guy Talamoni qui a publié le courrier sur Twitter en disant : "Le crains que ce soit une erreur." Le tout était accompagné d'un joli petit smiley.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.