Le brief politique, France info

Gestion du Covid-19 : Edouard Philippe peaufine ses arguments

Des perquisitions en cascade ont eu lieu hier, ordonnées par la Cour de Justice de la République dans le cadre de l'enquête menée sur la gestion de la crise. Perquisitions qui ont visé notamment le ministre de la Santé Olivier Veran et l’ancien Premier ministre Edouard Philippe.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'ancien Premier ministre Edouard Philippe à Paris le 29 septembre 2020
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe à Paris le 29 septembre 2020 (BERTRAND GUAY / AFP)

Jamais très agréable de débuter la journée avec des policiers à son domicile et dans son bureau de maire. Mais l'élu du Havre dédramatise. "On savait que ça pouvait arriver" dit son entourage. "Pour lui, normal d'avoir des comptes à rendre" ajoute un ami. Edouard Philippe a d'ailleurs joué sa carte maîtresse en mode "La justice fait son travail", répondant aux questions de la presse hier lors d'un déplacement à Marseille, tweetant une photo de lui aussi, mains dans les poches sur un bateau lors d'une visite du port autonome.

"Il est bien réveillé, il est sur la balle"

Mais attention, décontraction ne veut pas dire insouciance. Car nouveau rendez-vous à l'agenda : la commission d'enquête de l'Assemblée, mercredi prochain à 14h15. Sa première audition, qu'il prépare d'arrache-pied. "Il est bien réveillé, il est sur la balle" confie un proche alors qu'un autre développe : "Il sait que chaque mot compte. Il a notamment revu toute la chronologie des événements avec ses principaux collaborateurs, agendas en main. Et il n'hésitera pas à pointer les médecins divisés, l'OMS qui a beaucoup navigué". Bref, Edouard Philippe si besoin est prêt à griffer.

L\'ancien Premier ministre Edouard Philippe à Paris le 29 septembre 2020
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe à Paris le 29 septembre 2020 (BERTRAND GUAY / AFP)