Le brief éco, France info

Le brief éco. Volkswagen veut devenir leader mondial de la voiture électrique

Le constructeur automobile allemand va monter en puissance sur la production des batteries et sur les bornes de recharge.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une Volkswagen éléctrique en train d\'être rechargée. Photo d\'illustration.
Une Volkswagen éléctrique en train d'être rechargée. Photo d'illustration. (PICTURE ALLIANCE / PICTURE ALLIANCE / GETTYIMAGES)

Volkswagen choisira d'ici 2026 entre la France, l’Espagne et le Portugal. Le constructeur automobile allemand prévoit d’ouvrir jusqu’à six usines géantes de batteries d’ici 2030. Le patron Herbert Diess n’hésite pas à s’approprier le terme de "giga factories" (giga usines) déjà employé par Elon Musk, l’emblématique patron de Tesla, pionnier américain de la voiture électrique. L’ambition de Volkswagen est clairement de construire le Tesla européen.

Avec son partenaire Northvolt en Suède, Volkswagen doit ouvrir dès 2023 un site pour les cellules et batteries "premium" utilisées dans les modèles haut de gamme, à l’opposé des cellules standardisées pour les autres modèles. Northvolt a déjà reçu une commande de Volkswagen proche de douze milliards d'euros, ce qui montre les ambitions du constructeur allemand.

Volkswagen ne se contente pas de monter en puissance sur les batteries, il a également des projets pour les bornes de recharges. C’est l’un des freins à la mobilité électrique aujourd'hui en Europe et VW entend investir 400 millions d’euros d’ici 2025 dans un vaste réseau de recharge de batteries. 18 000 points de recharges rapide, soit cinq fois plus qu’actuellement. Des partenariats sont déjà signés avec le britannique BP, l’Espagnol Iberdrola et l’Italien Enel.

Tourner la page du "Dieselgate"

Au moment où l’américain Tesla construit sa première usine en Europe, à côté de Berlin, Volkswagen – que beaucoup voyaient à terre après le dieselgate – rebondit aujourd’hui grâce à l’innovation. Le groupe prend appui sur la législation européenne de plus en plus contraignante concernant les émissions de CO2. L’allemand ne s’est pas laissé abattre par le scandale des moteurs diesel et veut atteindre d’ici 2030 une part de 70% de la production de voitures électriques en Europe. Mais ces projets ont un coût. Volkswagen a annoncé dimanche 14 mars un plan de suppression d’emplois qui pourrait toucher jusqu’à 5 000 postes pour réduire les charges et financer les investissements dans l’électrique.

Une Volkswagen éléctrique en train d\'être rechargée. Photo d\'illustration.
Une Volkswagen éléctrique en train d'être rechargée. Photo d'illustration. (PICTURE ALLIANCE / PICTURE ALLIANCE / GETTYIMAGES)