Le brief éco, France info

Le brief éco. Présidentielle américaine : pour qui votent les marchés financiers ?

Pour qui votent les marchés boursiers aux Etats-Unis ? La question se pose à la veille de l’élection présidentielle américaine, tant le poids de la finance est important Outre-Atlantique. Ces dernières semaines, les marchés se sont montrés plutôt fébriles.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des traders à la bourse de New York, le 3 novembre 2016. 
Des traders à la bourse de New York, le 3 novembre 2016.  (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Les marchés financiers ont horreur de l'incertitude. Face à deux candidats au coude-à-coude dans les sondages, à la veille de l'élection présidentielle américaine, les opérateurs sont nerveux et délaissent les actions pour se reporter sur les valeurs refuges, comme l'or qui ne cesse de grimper. Vendredi 4 novembre, la bourse de New York a terminé sur une neuvième séance consécutive de baisse. Du jamais vu depuis plus de 30 ans.

Les marchés votent-ils démocrates ou républicains ? 

Des études ont été menées pour analyser les scrutins depuis le milieu du 19ème siècle. Bilan : les présidences démocrates ont toujours eu un impact positif sur les marchés contrairement aux présidences républicaines. Le cabinet britannique Source est remonté jusqu’en 1850 et les comparatifs sont clairs : en moyenne, les marchés ont gagné 5% sous les présidences démocrates et 3% sous les républicaines. Sous le double mandat du républicain Ronald Reagan, Wall Street a gagné 120%,  sous la double présidence Bill Clinton, le gain a atteint 240%.

Une victoire de Trump ne peut être exclue…qu’est-ce que ça impliquerait pour les marchés?

Sans l’afficher clairement, certains investisseurs ne verraient pas d’un mauvais œil une victoire du candidat républicain. Donald Trump est un homme d’affaires présenté comme sans foi ni loi et d'aucuns le voient comme la nouvelle valeur favorisant les lobbies. Le secteur de l’énergie serait plutôt gagnant en cas de victoire de Trump : le candidat républicain a promis de déréguler les productions et exportations du secteur. Il a même fait campagne sur la suppression de l’Agence de protection de l’environnement et le soutien l’industrie du charbon. La santé y gagnerait aussi, pour qui l’élection d’Hillary Clinton serait un signal négatif sur le prix des médicaments, donc pour la rentabilité des groupes du secteur. Hillary Clinton a annoncé qu’elle voulait s’attaquer à toute hausse de prix injustifiés. Enfin, les groupes de travaux publics et de construction : Donald Trump a annoncé le double de sa rivale en matière d’investissements dans les infrastructures, soit quelque 600 milliards de dollars.

Quel est le scénario le plus probable ? 

Scénario du pire et de court terme. Les opérateurs le savent. A long terme, le cataclysme qu’entraînerait l’impossible politique économique de Trump se retournerait contre les marchés eux-mêmes. Donc, malgré le caractère ultra-pro-business du candidat républicain, les marchés voteront probablement démocrate, cette année encore.

Des traders à la bourse de New York, le 3 novembre 2016. 
Des traders à la bourse de New York, le 3 novembre 2016.  (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)