Le brief éco, France info

Le brief éco. Et si l’épargne des Français était mieux utilisée ?

Parmi les réformes importantes prévues en 2018, l'une concernera l’épargne des Français. L’objectif est de mieux orienter cette épargne pour qu’elle profite à l’économie en général et aux entreprises en particulier.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bercy veut donner une nouvelle impulsion à l\'épargne des Français (ici, le ministère de l\'Economie et des Finances).
Bercy veut donner une nouvelle impulsion à l'épargne des Français (ici, le ministère de l'Economie et des Finances). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

L’épargne des Français sera au centre des attentions gouvernementales en 2018. Il s’agit en effet de mieux "flécher" l’abondante épargne des français vers l’investissement. À cet égard, on trouvera tout le nécessaire sous le matelas : le bas de laine des Français approche aujourd’hui 5 000 milliards d’euros, entre les livrets défiscalisés comme le Livret A ; l’assurance-vie, les plans d’épargne retraites, etc. Bercy veut donner une nouvelle impulsion à cet argent qui rapporte aux épargnants, aussi modestes soient-ils, mais qui devraient rapporter en étant encore plus utile et efficace.

Propositions concrètes

Un rapport piloté notamment par Jean-Noël Barrot (député LREM des Yvelines), a été remis jeudi 21 décembre au ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire. L’idée est de préparer un projet de loi pour le printemps prochain. Parmi les propositions : inciter l’épargne de long terme plutôt que de court terme comme le Livret A ou l’assurance-vie, qui offrent des rendements faibles et une liquidité totale. Les épargnants peuvent retirer leur argent pratiquement quand bon leur semble mais, en conséquence, les établissements qui gèrent cette épargne ne peuvent pas l’investir de manière pérenne et solide. Simplifier l’offre, en réduisant le nombre de produits d’épargne proposés aux français pour éviter de papillonner. Enfin, créer une fiscalité qui ne soit pas confiscatoire et envisager un coup de pouce fiscal pour les foyers qui décideraient de prendre un peu plus de risques avec leur argent.

Un futur dispositif pertinent ?

"Charité bien ordonnée commence par soi-même." C’est d’abord au niveau national que ce mouvement doit-être engagé pour rendre nos entreprises plus compétitives à l’international. Mais si tous les pays de la zone euro réfléchissaient ensemble à une utilisation intelligente de l’épargne, cela serait plus efficace. À ce titre, le Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, propose la création d'une "Union de financement pour l’investissement et l’innovation". Cela fait partie des leviers d’actions qui permettraient aux entreprises d’innover encore plus, d’investir et former leurs futurs salariés.

200 000 à 300 000 personnes ne trouvent pas d’emplois aujourd’hui en France parce que mal formées aux besoins des entreprises. Un paradoxe inadmissible, socialement et politiquement insoutenable, à l’heure où l’on ne cesse de parler de reprise économique. C’est le message qui apparaît en filigrane : mieux utiliser notre épargne au service de la croissance et de l’emploi. On en reparlera en 2018.

Bercy veut donner une nouvelle impulsion à l\'épargne des Français (ici, le ministère de l\'Economie et des Finances).
Bercy veut donner une nouvelle impulsion à l'épargne des Français (ici, le ministère de l'Economie et des Finances). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)