Le brief éco, France info

Le brief éco. Amazon, nouvel opérateur privé de la santé aux Etats-Unis ?

Une nouvelle porte s'ouvre pour Amazon : la santé. Amazon veut créer un système de protection sociale pour remplacer l’Obamacare.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des logos Amazon sur des écrans.
Des logos Amazon sur des écrans. (LEON NEAL / AFP)

Après la vente sur internet, les services informatiques et plus récemment l’alimentation, Amazon se renforce dans le secteur de la santé. Il est bien loin le temps de la simple librairie en ligne créée il y a 24 ans.

Le patron Jeff Bezos et ses 121 milliards de dollars de fortune personnelle ne cesse de diversifier les activités de son groupe. À présent, Amazon vend à peu près de tout sur internet. Il est également diversifié dans le streaming vidéo et les services informatiques (le cloud - le nuage informatique) dont il tire d'ailleurs aujourd'hui pratiquement l'essentiel de ses revenus. Le voici donc dans la santé aux Etats-Unis. La vente de médicaments sur ordonnance ne serait plus très loin, selon certains experts.

Une diversification qui s'explique

Aux Etats-Unis, les affaires sont les affaires. Business is business et si le président Donald Trump a pour l'instant échoué à démanteler l’Obamacare (la "sécurité sociale" mise en place par son prédécesseur Barak Obama), les coûts de l’assurance santé explosent outre Atlantique. Pour toutes les industries dans lesquelles le groupe Amazon est présent, Jeff Bezos prévoit systématiquement des alternatives moins chères, accompagnées de services plus fluides, qui dégagent une forte valeur ajoutée (font gagner beaucoup d’argent). Et même si la santé est un secteur très complexe car très encadré, Amazon va tout faire pour s’y imposer avec ses recettes traditionnelles dont les prix tirés vers le bas.

Remplacer l’"Obamacare"

Amazon vend déjà des médicaments mais sans ordonnances. Ce qu’il veut, c’est élargir son offre à la médication prescrite. Il va aussi exploiter le filon du matériel médical pour les hôpitaux. En arrière-plan, il y a les soins et les assurances. Le système de santé américain est mûr pour une réforme et Bezos est un prédateur.
Et puis, le patron d’Amazon ne s’avance pas seul dans cette affaire. Fin janvier, il a annoncé une alliance avec le milliardaire américain Warren Buffet et Jamie Damon, le PDG de la banque JPMorgan Chase. Objectif à trois : créer un système de protection sociale pour remplacer l’Obamacare. Pour tester leur invention, Bezos, Buffet et Damon l’offriront dans un premier temps à l’ensemble de leurs salariés réunis, soit plus d’un million de personnes.

Amazon est aujourd’hui une usine à cash, mais pas pour ses actionnaires. Depuis le début, Jeff Bezos a préféré réinvestir tous ses bénéfices dans l’outil de production. Les actionnaires d’Amazon ont dû attendre 24 ans avant de toucher leur premier pourboire. C’était l’année dernière. Le temps de donner au groupe les moyens de devenir un ogre à l'appétit insatiable.

Des logos Amazon sur des écrans.
Des logos Amazon sur des écrans. (LEON NEAL / AFP)