L'Australie signe une nouvelle (belle) commande pour Airbus en misant sur la reprise

écouter (3min)

La compagnie aérienne australienne Qantas Airways commande à Airbus douze appareils de type A350. Une cinquantaine d’avions au total, si l'on ajoute les options pour renouveler sa flotte. Le groupe anticipe une reprise du trafic passager et parle d’un rebond plus rapide que prévu.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Airbus A350 à l'aéroport de Sydney (Australie) (WENDELL TEODORO / AFP)

Rebond inespéré dans le contexte actuel : la plus importante compagnie aérienne australienne annonce avoir conclu un contrat d'achat de douze Airbus A350 pour 4,4 milliards de dollars (un peu plus de quatre milliards d'euros). Quarante autres avions différents suivront pour renouveler la flotte, les premières livraisons sont prévues pour 2025. Ce retour de la clientèle domestique permettrait à Qantas de retrouver les bénéfices dès le premier juillet. Optimisme de rigueur pour le groupe qui a perdu 13 milliards d’euros depuis le début de la pandémie. 

Il s’agit du plus gros contrat signé par Qantas depuis sa création il y a 101 ans. C’est doublement historique puisqu’avec les premiers appareils commandés (les A350), Qantas pourra relier Sydney à Londres en moins de vingt heures d'ici la fin 2025. 17 750km sans escale pour 240 passagers, soit la plus longue liaison aérienne du monde. Avec ce choix, la compagnie franchit également un pas supplémentaire dans sa stratégie zéro carbone avec des avions moins énergivores.

Belle opération pour Airbus face à Boeing

Qantas a préféré l’avionneur européen à son grand concurrent américain Boeing, dont le 787 Dreamliner n’a pas été retenu. L’appareil américain connaît revers sur revers, notamment des soucis techniques liés aux matériaux composites qui constituent l’appareil. En novembre dernier, la filiale à bas coûts de Qantas, Jet Star, avait déjà passé commande de 100 Airbus A320.

Airbus recrute pour accélérer les cadences de production. 6 000 personnes doivent être embauchées dans le monde cette année après une importante taille dans les effectifs pendant la pandémie. Les dégâts ont été limités avec moins de départs que prévu grâce notamment aux aides publiques mises en place par les différents États européens. Les 6 000 recrutements prévus cette année par l'avionneur européen ne sont qu’un début.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.