Le billet vert, France info

Le billet vert. Mode éthique et consommation responsable

Le Black Friday qui a eu lieu ce vendredi 29 novembre, a été un succès, malgré la contestation des écologistes, car pour ces derniers, c’est un vendredi noir pour l’environnement.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La plateforme ViJi compile des données de diverses sources pour permettre au consommateur de retracer l\'histoire de son vêtement
La plateforme ViJi compile des données de diverses sources pour permettre au consommateur de retracer l'histoire de son vêtement (VIJI)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Sur les 6 milliards d’euros qui auraient été dépensés ce week-end en France, notamment à travers la journée du Black Friday, vendredi 29 novembre, la mode occupe la première place, alors que le textile est le 2e secteur le plus polluant de la planète.  

En réaction, le secteur s’est trouvé un nouveau label qui se nomme "la mode éthique", car il est vrai que les grandes marques pratiquent le "fast-fashion", une sorte de mode jetable qui se renouvelle fréquemment pour booster la consommation.  

Quelques grandes marques affirment utiliser des matières bios ou recyclées

Mais la plupart des marques ne respectent ni l’environnement, en utilisant des produits dangereux, colorants ou autres, ni les conditions de travail des salariés. Sans compter le travail des enfants.  

64h par semaine, c’est le nombre d’heures qu’effectue un enfant âgé de 6 à 14 ans au Bangladesh par exemple, Céline Séris, auteure du blog “Iznowgoodpointe du doigt ce méfait et, grâce à son moteur de recherche, recense plus de 600 marques de mode éthique.  

Par ailleurs, des appels à boycott sont lancés contre les grandes enseignes qui n’ont pas de principes éthiques, comme l’association “I Boycott” qui a lancé des campagnes pour ne plus acheter auprès des marques qui ne respectent pas les valeurs environnementales et sociétales, ou encore la plateforme ViJi qui permet de retracer l'histoire de la fabrication des vêtements ou des produits.

Les "consom’acteurs", comme ils se dénomment, deviennent la bête noire du secteur, car très actifs sur les réseaux sociaux. Toucher au porte-monnaie est le meilleur moyen pour faire évoluer les entreprises.  

Contrôler notre impact sur l'environnement, s'informer sur les conditions sociales

Pour les consommateurs que nous sommes, en scannant l’étiquette d’un vêtement avec un smartphone l’application Clear Fashion vous donne des informations sur l’éthique de la fabrication, l’impact sur l’environnement, mais aussi sur les conditions sociales. Mais cela ne marche que si l'étiquetage et les données sont transparents et obligatoires…Et ce n’est pas gagné !

Il y a également la friperie, "Les fringues de 2ememain" qui marché de mieux en mieux, grâce aussi au numérique, car acheter d’occasion, ou même louer, sont des gestes éco responsables. Seconde Main Shop, La Bonne Pioche ou Emmaüs proposent des vêtements de seconde main de qualité, c’est bon pour le porte-monnaie, et c’est bon pour la planète !   

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

La plateforme ViJi compile des données de diverses sources pour permettre au consommateur de retracer l\'histoire de son vêtement
La plateforme ViJi compile des données de diverses sources pour permettre au consommateur de retracer l'histoire de son vêtement (VIJI)