Cet article date de plus d'un an.

Le billet vert. Le moustique tigre envahit de plus en plus la France

écouter (3min)

Le moustique tigre colonise aujourd’hui plus de la moitié du territoire français.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un moustique tigre. (AFP)

Le moustique tigre a encore étendu son territoire en France. Il progresse dans sept nouveaux départements. Plus de la moitié du territoire est touché. Alors qu’il n’existait pas il y a encore deux décennies.

Le moustique tigre est un voyageur très malin. C’est un opportuniste de la mondialisation et de la transhumance estivale. On pense qu’il est arrivé en France dans des conteneurs de pneus, via l’Italie. C’était en 2004. L'insecte est originaire d’Asie. Reconnaissable à ses rayures noires et blanches, il a commencé son implantation dans le sud. Petit à petit il a remonté la vallée du Rhône en voyageant dans les voitures des touristes et colonise aujourd’hui plus de la moitié du territoire. Il adore les minuscules réservoirs d’eau. C’est quasiment impossible de s’en débarrasser.

Un vecteur de maladies

Le moustique tigre peut propager la dengue et le chikungunya. Les premiers cas recensés en France remontent à 2010, dans le sud du pays. L’an passé il y a eu un cas de zika. Ce sont des maladies exotiques, que le moustique peut propager s’il a piqué une personne infectée. D’après l’institut Pasteur, sa période d’activité est de mai à fin novembre.

Le rôle du changement climatique dans l’implantation du moustique tigre

On ne pas tout mettre sur le dos du réchauffement climatique. Ce sont plus les échanges internationaux qui sont responsables de la propagation de l’insecte. Mais la hausse des températures joue sur la période pendant laquelle le moustique reste contaminant lorsqu’il a piqué un humain infecté. Le temps d’incubation dans le moustique dépend des conditions climatiques : plus il fait chaud, plus l’infection se développe vite. Le climat et la chaleur renforcent donc le risque de propagation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.