Cet article date de plus d'un an.

Le billet vert. L'énergie solaire : explorée depuis l'Antiquité

écouter (3min)

Gérard Feldzer et Bertrand Piccard nous livrent quelques-unes des 1000 solutions économiquement viables et écologiquement responsables labellisées par la fondation Solar Impulse. Ici, les potentialités de l’énergie solaire

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Panneaux solaires flottants, près d'Avignon.  (SUNSTYLE)

Après le succès du premier tour du monde en avion solaire, Bertrand Piccard a créé la Fondation Solar Impulse qui propose de sélectionner 1000 solutions rentables pour la protection de l’environnement, un programme reconnu par l’ONU.

Une ressource (presque) inépuisable, explorée depuis l’Antiquité

En moins d’une heure, le soleil fournit à la Terre davantage d’énergie que ce que l’humanité consomme en une année ! Mais aujourd’hui, seule une toute petite partie de cette énergie est récupérée pour être transformée en chauffage ou en électricité. La production d’énergie dans le monde est ainsi faite de 78% d’énergie fossile (charbon, pétrole, gaz…), et de 19% d’énergies renouvelables (hydraulique, biomasse, géothermie, éolien…). Le solaire, lui, ne représente que 0,7% de l’ensemble des énergies, alors que le potentiel est énorme.

On considère que l’énergie solaire, c’est encore trop cher par rapport au pétrole ou au nucléaire, ce qui n’est pas vrai

Bertrand Piccard

L’homme a, de tout temps, utilisé le soleil comme source d’énergie, essentiellement pour la chaleur, mais encore pour faire du feu, en concentrant ses rayons. C’est comme cela que, dans l’Antiquité, les Grecs allumaient la flamme olympique.

Au 17e siècle, un ingénieur français réussit à faire fonctionner une pompe grâce à de l’air chauffé par le soleil. Deux cents ans plus tard, un physicien parisien découvre l’effet photovoltaïque. Il est alors possible de transformer la lumière du soleil en électricité. Mais il faudra attendre encore un siècle pour que cette technologie fasse de réels progrès. C’est en cherchant à conquérir l’espace que les scientifiques ont le plus investi dans la maîtrise de l’énergie solaire.

Mais pourquoi le solaire ne se développe-t-il pas plus vite ?

Beaucoup se posent des questions sur le bien-fondé du solaire, alors que les panneaux photovoltaïques sont totalement recyclables, avec une durée de vie de 25 ans. Parmi les interrogations fréquentes sur les panneaux, on cite la présence de terres rares, ce qui n’est vrai que pour 10% d’entre-eux. Ils sont aussi décriés pour leur laideur, la dévalorisation de notre patrimoine, etc… Mais il existe maintenant, particulièrement avec la société SunStyle, des tuiles solaires qui concilient production d’électricité verte, étanchéité d’une toiture, et esthétique, tout en générant des économies à long terme pour le bâtiment.

"C’est un système révolutionnaire, qui commence à équiper différents monuments, notamment le pavillon français à l’exposition universelle de Dubaï et c’est une joint-venture entre Akuo, qui est une société française, et SunStyle, qui est une start-up suisse".  Bertrand Piccard

La taille des panneaux, qui dénaturent le paysage, est un autre problème régulièrement évoqué. Là aussi la fondation Solar Impulse a labellisé  une solution, Hydrelio, commercialisé par Akuo Energy.

Il s’agit de panneaux solaires flottants installés sur tous types de bassins. De plus, l’alliance du plan d’eau et de la centrale permet également une optimisation de la production par refroidissement des panneaux et une préservation de la ressource en eau par réduction du phénomène d’évaporation.

"On sous-estime souvent la surface des lacs de carrières, qui sont des surfaces qui ne servent à rien. Akuo Energy a eu l’idée de mettre des panneaux solaires flottants. J’ai visité une de ces centrales près d’Avignon. C’est de l’espace qui devient utile avec ces panneaux flottants qui, grâce au refroidissement, permettent d’avoir un rendement encore meilleur." Bertrand Piccard


démonstration vidéo pour Sunstyle, tuiles solaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.