Le billet vert, France info

Le billet vert. Économie circulaire et projet de loi anti-gaspillage

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi contre le gaspillage, ce vendredi 20 décembre 2019. Une loi consacrée particulièrement à la chasse au plastique. Un projet de loi anti-gaspillage en faveur d’une économie circulaire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Exemple d\'économie circulaire : 110 000 points de retour pour trier les emballages de boisson sont prévus dont 26 000 machines automatiques.
Exemple d'économie circulaire : 110 000 points de retour pour trier les emballages de boisson sont prévus dont 26 000 machines automatiques. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Réemployer, réutiliser ou recycler les produits de consommation, mettre fin au gaspillage, transformer nos modes de production, améliorer la collecte des déchets, toutes ces questions étaient au coeur des discussions parlementaires cette semaine. Un projet de loi anti-gaspillage en faveur d’une économie circulaire a donc été adopté ce vendredi 20 décembre par les parlementaires. 

La France prend du retard

Il est vrai que la France a pris du retard sur les incitations à réparer, plutôt qu’à jeter. En Belgique, les réparations sont à TVA réduite. En Scandinavie, elles sont déductibles des impôts. C’est bon pour le porte-monnaie, pour les emplois, pour l’environnement, et pour la balance commerciale. Pour François-Michel Lambert, député UDE et président de l’institut national de l’économie circulaire, ces propositions ne vont pas assez loin.

ll faut sortir d’une société où chacun est propriétaire et rentrer dans une société où on paye juste l’usage. Si on fait baisser la fiscalité sur la réparation, ça coûtera moins cher, les objets dureront plus longtemps. Ce sont des enjeux qui ne seront pas abordés dans cette loi...

François-Michel Lambert, député UDE et président de l’institut national de l’économie circulaire

Recycler de vieux vélos en créant créer des emplois

En ces journées de grèves, on voit circuler de vieux vélos qu’on sort pour l’occasion ! Environ 3 millions de vélos sont achetés neufs en France, mais environ 1 million et demi sont détruits tous les ans. C'est ce qui a donné l'idée à une association nommée "L’heureux Cyclage"de constituer un réseaux d’ateliers participatifs pour donner une nouvelle vie aux vélos abandonnés. Ces réseaux sont animés par des centaines de bénévoles et de salariés. Ils estiment avoir "remis en selle", environ 15 000 vélos, et ce n'est qu'un début. 

On estime que plus de 9 millions de vélos ne sont pas été utilisés, la plupart traînent dans les caves avant de finir dans les déchetteries. Avec ces ateliers participatifs, on échange, on apprend, et c’est aussi un lien social.  

Vers de nouvelles voitures "propres" ?

La France est le premier pays d’Europe à avoir dépassé le cap des 100 000 voitures 100% électriques. La voiture électrique la plus achetée est la Zoe de Renault.
La France est le premier pays d’Europe à avoir dépassé le cap des 100 000 voitures 100% électriques. La voiture électrique la plus achetée est la Zoe de Renault. (MAXPPP)

1 million et demi de voitures arrivent en fin de vie chaque année. Et revendre sa voiture, c’est déplacer la pollution ailleurs. Alors si vous avez une histoire d’amour avec votre vielle voiture de collection, par exemple, vous pourrez la transformer en électrique à condition que la loi reconnaisse et facilite ce qu’on appelle le rétrofit. Mais là aussi, la France a pris du retard par rapport à nos voisins.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Exemple d\'économie circulaire : 110 000 points de retour pour trier les emballages de boisson sont prévus dont 26 000 machines automatiques.
Exemple d'économie circulaire : 110 000 points de retour pour trier les emballages de boisson sont prévus dont 26 000 machines automatiques. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)