Education : comment le ton et la voix des professeurs jouent sur la motivation et la confiance des élèves

écouter (2min)
C’est une étude anglaise qui le confirme : les élèves sont très sensibles à la voix de leur professeur, qui peut donc les motiver... ou leur donner des envies de rébellion.
Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une salle de classe dans une école à Saint-Lô (Manche). (LUCIE THUILLET / RADIO FRANCE)

On sait que la pédagogie du professeur, ou l’interactivité en classe, sont des facteurs importants de l’apprentissage. Mais, ici, les chercheurs du département de psychologie de l'université de l’Essex, en Grande-Bretagne, se sont intéressés uniquement à la voix et au ton employé par les enseignants pour dispenser leurs cours. Ils ont ainsi fait écouter à 250 enfants et adolescents âgés de 10 à 16 ans, des enregistrements de cours identiques, mot pour mot, mais dispensés sur un ton plus ou moins autoritaire ou chaleureux et posé.

>> TÉMOIGNAGES. "Je regrette mon choix" : ces lycéens bloqués dans leurs vœux Parcoursup à cause de l'abandon des maths

Les enfants devaient ensuite répondre aux questions suivantes : si votre professeur parlait toute la journée comme ceci, à quel point vous sentez-vous libre de vous exprimer ? Ou alors inversement, sous pression et bousculé, à quel point vous sentez-vous compétent, motivé, intéressé ou alors au contraire valorisé, peu concerné, et mauvais en classe ? 

À l'école comme à la maison

Sans surprise, les voix criardes et autoritaires sont moins efficaces pour motiver les élèves. Cette étude publiée dans le British journal of Educational Psychology le démontre clairement. Non seulement les cours donnés sur un ton autoritaire, sont jugés moins motivants et font baisser la participation en classe, mais une voix sèche et froide, donne aux élèves davantage d’envie de rébellion et fait baisser l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes. Un professeur qui adopte un ton directif ou criard est aussi jugé comme étant moins digne de confiance par l'élève, qu’un enseignant qui dit exactement la même chose, mot pour mot, sur un ton calme et posé.

Les sciences de l'éducation s'intéressent beaucoup au contenu des cours, soulignent les auteurs de cette étude, mais pas assez aux modulations de la voix du professeur, qui ont pourtant un effet profond sur les élèves. Et cela vaut aussi pour les parents au moment des devoirs. À la maison, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Quand il s’agit de demander à un adolescent de ranger sa chambre, préparer son sac pour le lendemain ou réviser ses cours. Le ton de la voix compte tout autant.

En 2019, une équipe de chercheurs de Cardiff avait déjà publié une étude à ce sujet. Ils avaient demandé à plus de 1 000 ados de 14 et 15 ans, de répondre à des instructions parentales identiques données sur un ton autoritaire, neutre ou affectueux et bienveillant. Là encore, les adolescents de ce panel ont montré qu'ils étaient plus disposés à écouter leurs parents quand une même consigne était demandée sur un ton chaleureux, par rapport au ton autoritaire, qui entraîne statistiquement davantage de refus et de rébellions. Ce sont deux études scientifiques à méditer en cette journée internationale de l'éducation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.