Le billet sciences, France info

Climat : fini l'alphabet grec pour nommer les ouragans

Il y a eu tellement de tempêtes tropicales l’an dernier dans l'Atlantique Nord qu'il a fallu aller chercher des prénoms dans l'alphabet grec. Mais l'Organisation météorologique mondiale a décidé de changer sa méthode pour les nommer car il y a eu des confusions.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
2020 a été une saison record avec 30 tempêtes tropicales dont 13 se sont transformées en ouragan (six majeurs). Ici le cyclone Ana dans les îles Fidgi, le 31 janvier 2021.
2020 a été une saison record avec 30 tempêtes tropicales dont 13 se sont transformées en ouragan (six majeurs). Ici le cyclone Ana dans les îles Fidgi, le 31 janvier 2021. (LEON LORD / AFP)

Les ouragans vont changer de prénoms. Avec le changement climatique, ils commencent plus tôt et sont plus nombreux dans la saison de l'Atlantique Nord. L’organisation météorologique mondiale vient de décider de changer la façon de les nommer. Mi-mars, elle a tiré le bilan de l’année 2020 avant la nouvelle saison d’ouragans qui va débuter au mois de mai pour se finir en novembre.

2020 année record

Comme les prévisionnistes l’avaient envisagé, 2020 a été une saison record avec 30 tempêtes tropicales dont 13 se sont transformées en ouragan (six majeurs). Les tempêtes sont nommées par les météorologues. Seulement, l’an dernier, il y en a eu tellement qu’il n’y avait plus de noms disponibles sur la liste établie chaque année par l’organisation météorologique mondiale. Il a fallu aller chercher des prénoms dans l’alphabet grec, ce qui n'avait pas été fait depuis quinze ans. C’est pour cela, par exemple, que l’ouragan qui s’est abattu en novembre sur l’Amérique centrale faisant près d’une soixantaine de victimes et beaucoup de dégâts matériels, a été baptisé Iota. 

Nommer un ouragan ou une tempête est essentielle pour sonner l’alerte et mettre les populations à l’abri. Surtout qu'avec la pandémie de Covid-19, les ordres d'évacuation devaient être bien justifiés et bien suivis. Le nom de l’ouragan doit être compris en français, en anglais et en espagnol, les différentes langues des habitants de cette zone Caraïbe et Atlantique Nord. Mais en choisissant dans l’alphabet grec des noms à consonance proche comme Theta, Zeta, Iota, il y a eu des confusions.

L’organisation a donc décidé de faire le ménage, de ne plus utiliser cet alphabet et de rallonger ses listes de prénoms. Au lieu d’en avoir une vingtaine, elle en aura 40 disponibles. Elle a ainsi établi six listes tournantes par an. Par exemple celle de 2021 reviendra en 2027.

Même si ces listes sont établies par zone du globe et tournantes, quand un ouragan fait trop de dégâts, est trop meurtrier, son nom est retiré des fichiers. Fini les Mitch, les Andrew, les Katerina. Cette année l’organisation a encore retiré des prénoms Dorian, Laura, Iota et Eta…En tout, 93 noms ont été enlevés des listes en 40 ans. Et avec le changement climatique qui réchauffe l’océan et augmente la fréquence et la puissance des tempêtes, il était urgent pour les météorologues de trouver de nouveaux noms. Les premières tempêtes de 2021 s’appelleront Ana, Bill et Claudette.

2020 a été une saison record avec 30 tempêtes tropicales dont 13 se sont transformées en ouragan (six majeurs). Ici le cyclone Ana dans les îles Fidgi, le 31 janvier 2021.
2020 a été une saison record avec 30 tempêtes tropicales dont 13 se sont transformées en ouragan (six majeurs). Ici le cyclone Ana dans les îles Fidgi, le 31 janvier 2021. (LEON LORD / AFP)