Biomimétisme : comment les os de dinosaures nous aident à inventer des objets plus économes en énergie ?

écouter (2min)

Comment inventer des bâtiments, des véhicules, des robots, moins polluants et moins énergivores ? De plus en plus de scientifiques pensent qu’il faut s'inspirer de la nature C’est le principe du biomimétisme.

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un dinosaure à bec de canard (hadrosaure). Les os de dinosaure ont inspiré les architectes pour fabriquer des charpentes ultra légères. (EDUCATION IMAGES / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL via GETTYIMAGES)

Biomim’expo, un salon consacré au biomimetisme se tient mardi 23 et mercredi 24 octobre à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris et l’on pourra y découvrir par exemple pourquoi les squelettes de dinosaures sont une mine d'inspiration pour les architectes. Comme ça, d’emblée, le lien n’est pas évident mais c’est parce que les os de dinosaure sont naturellement conçus pour supporter les charges lourdes tout en restant le plus léger possible, sinon les dinosaures n’auraient jamais pu se déplacer. C’est pour cela qu’aujourd’hui, des ingénieurs s’en inspirent pour construire des charpentes de bâtiments ultra légères ou des poulies ultra résistantes.


Il n'y a pas que les dinosaures qui inspirent les ingénieurs. Il y a eu aussi 
le martin-pêcheur. Cet oiseau rapide qui plonge pour attraper des poissons a inspiré la forme aérodynamique du Shinkansen, le TGV japonais. Autre exemple, la  trompe du moustique a inspiré des seringue indolores parce que les piqûres de moustique, on ne les sent pas en général. Dans les années 50, la bardane, une plante qui s’accroche aux vêtements, a inspiré le Velcro en 1952. Plus près de nous, le vol silencieux des chouettes est étudié pour construire des éoliennes moins bruyantes. Il existe des centaines d’exemples de ce type et c’est tout cela qu’on appelle le biomimétisme.

La nature est bien faite et l'être humain n’arrive pas toujours à rivaliser en termes d'ingéniosité. En tous cas, les plantes, les animaux, les bactéries, optimisent spontanément les ressources et l'énergie. Ce sont des champions de la performance. Mais il faut dire que la nature et le vivant sur Terre ont derrière eux une expérience d’adaptation de plus de trois milliards d’années. 
C'est pour cela qu'aujourd'hui en France, explique Kalina Raskin, directrice du Centre d’études et d’expertise en biomimetisme (Ceebios), plus de 250 équipes de recherche publique et 150 entreprises expérimentent déjà cette démarche du biomimétisme. 
 
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.